Garofano Rosso

  • Accueil
  • > mens sana in corpore sano?? ah ouais!

18 janvier, 2012

Quand c’est bien, faut le dire aussi: Decathlon

Classé dans : mens sana in corpore sano?? ah ouais! — garofanorosso @ 16:26

Alors, cher ami des fleurs, tu le sais, ta dévouée s’est mise au sport de façon intensive. Oui, je pense que  5 à 7 heures par semaine, c’est un bon début…

Ah, là, en ce moment, on est plutôt à 3 ou 4, car la course aux endorphines m’a conduite sinon dans le mur, du moins chez le médecin, avec un arrêt de la course à pied pendant au moins 15 jours à cause d’une belle tendinite d’insertion sur le tibia gauche. Bon.

Cela étant dit, je continue le fitness et le krav maga, faut pas rigoler non plus. Je l’ai déjà dit dans ces pages, si on m’enlève le sport, je me mets à boire et ensuite, je me flingue. Alors, bon…

Et cet après midi, profitant de mes congés, initialement posés pour assister à la pose de ma toute nouvelle salle de bain (cf papier précédent… ), je suis allée faire les soldes chez Décathlon. Dans cette phrase,  deux mots doivent faire se dresser les poils de tout bon écolo décroissant qui se respecte : soldes et Décathlon, évidemment!

Et pourtant, j’y suis allée. Et bien m’en a pris car j’y ai dégotté ceci :

Quand c'est bien, faut le dire aussi: Decathlon dans mens sana in corpore sano?? ah ouais! decath-bio1-300x225

Un soutif de sport, ouais, mais pas un soutif de sport tout con, non, un soutif de sport en coton bio! Oui, oui, oui, du coton bio chez Décathlon! Jamais je n’aurais cru voir ça. Ben, ça y est, c’est fait. Et en solde en plus!!

Tout arrive, petit à petit. Si même le coton bio entre chez les industriels du sport de masse…

 

17 novembre, 2011

Ecologie et sport de brute

Classé dans : mens sana in corpore sano?? ah ouais! — garofanorosso @ 9:54

Ami des fleurs, sache qu’une révolution est en train de se produire dans le monde ouaté de ta dévouée.

Elle s’est mise au sport, mais de façon, disons, intense. Avec des objectifs, tout ça quoi.

On ne va pas aller s’allonger sur le divan d’un psy pour savoir le pourquoi du comment, on n’a pas le temps, y a entraînement! Soyons clairs, je me suis mise au sport d’abord parce qu’un collègue à moi donnait des cours de krav maga et que ça me tentait, puis j’ai rencontré des gens sympathiques dans la salle de sport et j’ai goûté à nouveau au plaisir de l’exercice physique et surtout aux transformations notables que cela impliquait sur mon petit corps. Puis, il y a eu le drame, cet été, la mort de mon amie si chère, et le besoin de m’abrutir pour débrancher mon cerveau au moins quelques heures par semaine. Et ce besoin d’abrutissement s’est accompagné de l’arrêt du tabac et du cercle vicieux du goût de l’effort.

Oui, oui, ça existe, le goût de l’effort. Je ne le savais pas. Je l’ai découvert récemment. On sait que l’effort physique provoque dans l’organisme un déferlement d’endorphine, qui à la longue devient une drogue aussi douce que le plaisir sexuel (si si, il paraît!!! c’est pour ça que je m’acharne, ARF!!!). Et puis, il y a la fierté, l’orgueil de voir son corps changer, se tonifier, se développer, résister à la douleur, à l’effort, de voir son corps capable de choses qu’on ne soupçonnait pas il y a encore 3 mois. Bref, je fais du sport et j’aime ça. Du sport en salle, et de la course à pied.

Mais, je reste une indécrottable écolo. Et souvent, le sport n’est pas compatible avec le respect de l’environnement: en particulier sur deux points : les chaussures et les textiles sont à 99 % faits en matières à la con, et quasi exclusivement en Chine, 1er mauvais point, et 2ème point noir: la bouffe.

Ah!! La bouffe du sportif: boissons énergisantes, gels glucidiques, préparations en poudre, … hmmm, que du bonheur, rempli de produits bizarres, en portions individuelles, avec des emballages plastiques qu’on retrouve sur les bords des routes (l’horreur) et certainement pas bio et encore moins locaux.

Sauf que, dans le monde de la CAP (course à pied pour les initiés, j’ai appris ça hier!), les écolos arrivent en force aussi, aha, y a pas que chez les socialistes qu’on vient faire chier le monde!

Bon, pour ce qui est des chaussures, j’avoue que là, les produits écolos n’existent pas encore, les runnings remplies de gel ne sont pas encore fabriquées à partir de chanvre bio, malheureusement. Mais pour la bouffe, là, on peut agir.

Ainsi, peut-être ne sais tu pas qu’il existe sur le marché de la CAP un produit appelé « Gatosport », qui est, comme son nom l’indique, un gâteau spécialement conçu pour l’effort physique, à très haute valeur digestive et qui fournit tout ce dont le corps a besoin pour un effort d’endurance. Et ben, ce gâteau diététique – et des dizaines d’autres recettes de « cuisine » de l’effort – tu peux le faire toi même, avec des ingrédients simples et, pour le coup, BIOS. Et hop, le tour est joué. Et cerise sur le « Gatosport », au lieu des 9,95 € pour 400 grammes, ça te revient à 2.50 € ! Tu manges bio, tu manges bien, et ça te coûte 4 fois moins cher! Elle est pas belle la vie?

On pourrait croire que ta dévouée vient de découvrir comment on fabrique de l’eau tiède, je te l’accorde, mais en fait, non.

Aha!

Because, la bouffe de sportif, c’est pas la bouffe de l’humain normal, avec du beurre, des oeufs, du sucre, tu vois, ce genre de choses. Non, la bouffe de sportif, c’est calculé, pesé, choisi, presque alchimique comme truc, le but étant en fait de trouver le subtil équilibre entre ne pas vomir ton repas sur le bord de la route tout en évitant le décès par inanition !!!

Trève de galéjade. Ceci en fait revient à ce que me disait il y a quelques années ma très chère Ju (que j’embrasse si elle passe par là): le bio c’est moins cher que le reste à partir du moment où tu évites les produits transformés. Il faut te concentrer sur les produits bruts au maximum, les produits les moins transformés possibles, les moins trafiqués, les moins travaillés. Faire les choses par toi même, et tu verras que tu t’y retrouveras niveaux coût et surtout qualité. Et c’est la pure vérité (pas transformée non plus! ). Ah, bien sûr, faire un gâteau, ça prend un peu plus de temps que de diluer de la poudre dans de la flotte, mais ça en vaut la peine.

Et je peux te dire que si ça marche pour les produits diététiques de l’effort, comme disait l’autre, ça marche pour tout! Parole de capiste! (pratiquant de la course à pied, et non pas adepte des films en costume avec Jean Marais, même si l’un n’empêche pas l’autre! )

11 octobre, 2011

Du paradoxe (oui, encore!)

Classé dans : mens sana in corpore sano?? ah ouais! — garofanorosso @ 10:22

Comment te dire, cher ami des fleurs, pour que tu ne tombes pas des nues en voyant que la réalité de ta dévouée n’est pas aussi spendide, sublime et resplendissante que tu pouvais le penser (ne nie pas, je le sais…)?

Comment te dire… donc. Je suis écolo, ça tu le sais, c’est d’ailleurs pour cela que chaque matin tu immoles une poignée de gruau d’avoine à ma gloire, je suis écolo, mais jusqu’à très récemment, je n’étais qu’un ersatz d’écolo en fait, car, jusqu’à récemment, alors que ma maman pensait que c’était fini depuis le 24 avril 2006, ben, je fumais encore.

Aaaaaaah, je vois les larmes perler au coin de ton oeil gauche, tu t’es déjà crevé le droit en lisant ces lignes, mais la douleur est moins vive que ta déception, comme je te comprends.

Je fumais donc. Mon parcours de fumeuse est cahotique: commencé à l’âge de 19 ans, celui-ci s’est interrompu moult fois (8) pour des durées allant de 3 jours et 1 an et demi. La dernière fois, donc, j’ai tenu du 24 avril 2006 à la mi octobre 2007. Et j’ai replongé, comme un seul homme (la semaine complète durant laquelle j’ai fêté mes 30 ans n’y est pas tout à fait étrangère).

Mes convictions d’écolo cependant, me taraudaient ces dernières années, évidemment! Comment se prétendre écolo et fumer? Incompatibilité totale : c’est bien la peine de faire la chasse à l’huile de palme pour s’encrasser les poumons avec des agents de saveur et de texture à l’arsenic, bien la peine de trier les coquilles de noix pour jeter des filtres de clopes indestructibles, bien la peine de promouvoir le commerce local et de faire venir ce poison depuis les States, bien la peine de crier haro sur les patrons de boîtes côtées en bourse et de remplir les fouilles de marchands de mort, bien la peine de passer sa paye dans des shampoings bio et de s’encrasser les cellules à grand renfort de goudron … Les paradoxes se déclinent ainsi à l’infini.

Bref, un écolo, s’il est sincère, ne PEUT, ne DOIT pas fumer, c’est totalement antinomique. Oui, c’est un jugement à l’emporte-pièce, j’assume.

Mais c’est une drogue tellement dure, que toutes les convictions du monde fondent comme neige au soleil devant les hurlements des récepteurs de nicotine.

Sauf que, tu le sais, cet été, la clope a tué une de mes meilleures amies. Elle fumait des brunes depuis l’âge de 13 ans. Elle a joué, elle a perdu. La douleur est toujours vive, le vide est toujours prégnant, là, au fond de mon bide. Mais sa mort m’a libérée de la clope. J’ai cessé toute consommation depuis le 1er septembre, et déjà, les quelques jours précédents, le paquet pouvait passer la journée complètement vierge. J’ai arrêté le 1er septembre, je me suis dit que c’était facile à retenir comme date.

C’était le jour du retour de vacances, précédent 3 jours dans ma famille picarde où personne ne fume et n’a jamais fumé. Un sevrage net mais qui est passé comme une lettre à la poste. Et surtout, une sensation encore jamais ressentie, encore jamais formulée dans ma cervelle: la liberté.

Les 7 fois précédentes, dès que j’arrêtais de fumer, on m’arrachait quelque chose, un plaisir, une attitude, il me manquait quelque chose. Cette fois -je ne dis pas que je tiendrai longtemps -  j’ai eu la sensation intime de GAGNER quelque chose: ma liberté. Cette sensation m’est apparue comme on prend une calotte sur le coin de la tronche. « Je suis libre », c’est ce que je me suis dit. Libérée de ce besoin de fumer, libérée de cet esclavage de mes récepteurs nicotiniques, débarrassée de la nécessité impérieuse de trouver un tabac ouvert le dimanche, d’avoir des clopes sur moi, du feu… Libre.

Et puis, les effets physiques se sont fait sentir aussitôt: dès que j’ai repris le boulot, me rendant au bureau à vélo, quel bonheur de ne pas cracher ses poumons dès le premier faux plat, quelle joie aussi de pouvoir assurer sans faiblir 3 heures de fitness à la suite* sans avoir la sensation qu’on vous arrache chaque parcelle de vos boyaux à la tenaille, quelle joie de ne plus décoller les papiers peints avec l’haleine du matin au réveil, quelle satisfaction de voir la couleur rose de sa langue et pas une espèce de machin épais et jaune, ô bonheur que de pouvoir parler tout en grimpant avec entrain une côté caillouteuse!

Bref. Pour la toute première fois dans ma vie de fumeuse-ex-fumeuse, je me sens libre. J’ai franchi sans même m’en rendre compte le premier mois, je ne compte même pas les jours. C’est comme si ça avait toujours été ainsi.

Et les rêves. Quand tu arrêtes de fumer, tu rêves que tu fumes. Ca me l’a fait à chaque arrêt. Là, non. Signe que mon inconscient sait qu’il n’y a aucun manque. Mais plus encore. La nuit dernière j’ai rêvé que j’engueulais comme du poisson pourri un type qui allumait une cigarette dans une église lors de l’enterrement d’un bébé (oui, bon, mon inconscient n’a pas encore réglé TOUS ses problèmes, et la mort qui rôde sans cesse autour de moi n’aide pas… mais ce n’est pas le sujet).

J’ai la sensation de n’avoir jamais été fumeuse.

Quand j’aurai replongé, ça me fera marrer, tiens, de relire tout ça….

Bref.

Et puis, évidemment, je sais que si je devais rallumer une tige, je verrais apparaître le visage de ma copine décédée cet été, qui me dirait « ça ne t’a pas servi de leçon? », et je repenserais sans aucun doute à la sensation atroce que j’ai eue quand j’ai touché sa peau au funerarium: glacée et raide. Aucune clope ne pourra effacer ça.

Donc, voilà. Me voici à présent en accord avec mes principes.

Allez, tu peux ôter ce noeud coulant de ta nuque et filer chez l’ophtalmo, le Garofano est de retour!!!

* c’était ça ou l’alcoolisme, j’ai choisi le fitness!

21 juillet, 2011

Déconne pas, c’est peut être grave! (2)

Classé dans : mens sana in corpore sano?? ah ouais! — garofanorosso @ 9:39

Il y a quelque temps, je t’avais raconté un rêve bien dégueulasse à base d’ourson écorché vif, là :

http://garofanorosso.unblog.fr/2010/06/21/deconne-pas-cest-peut-etre-grave/

 ben, aujourd’hui, on passe le cran au-dessus. Si, si.

Je te raconte.

Ce matin, à 6h09, mon portable se met à vibrer (je dors avec, c’est mon réveil). Je me réveille en sursaut, le coeur tapant, je regarde le numéro, je ne connais pas, je ne réponds pas (non, à 6h du matin, je ne suis pas très causante).

Je me dis que si ce n’est pas une erreur , la personne laissera un message.

Rien.

J’ai dû me rendormir.

Et là, j’ai rêvé.

J’ai rêvé que mes collègues de travail et moi étions chez une autre collègue, genre pour un apéro sympathique. La collègue en question nous fait visiter sa maison, très belle et son shoesing: un entrepôt rempli de chaussures superbes qui ne me laissent pas indifférente. Puis, pof, nous voilà en extérieur, dans un paysage de campagne. Un petit chien est avec nous et décide de traverser une haie. Mais il renonce car, figure toi, que de l’autre côté de la haie se trouve …. un loup.

Bien. Le loup attaque. Et figure toi que ta dévouée le chope par la mâchoire, aha…. Là, tu as le droit de m’appeler Wonderwoman ou Hulk, comme tu veux. Et après avoir saisi l’animal par la mâchoire, donc, je lui décoche un coup de poing dans le bide, façon krav maga!!! Cela a pour conséquence de bien calmer le loup et de le rendre doux et affectueux comme un toutou… Ben voyons.

Alors, donc, bon. Déjà, je pense que face à un loup, je défaillerais, voire me ferais pipi dessus de trouille. Ensuite, je ne supporte pas qu’on fasse du mal aux bêtes, loup inclus, évidemment, enfin, je ne comprends pas pourquoi j’ai rêvé d’un loup.

Donc, là, déjà, ma santé mentale m’inquiète plus que d’habitude.

Mais ce n’est pas tout.

Ce matin, en cherchant sur l’annuaire inversé le nom de mon correspondant aussi mystérieux que matinal, j’ai trouvé ça:

C.

 RUE DU BUISSON AU LOUP
 60  V.

J’ai coupé le nom et l’adresse complète.

Ne reste que le plus important: le nom de la rue…

Sérieux, ça me fait froid dans le dos.

C’est grave docteur?

 

 

21 juin, 2010

Déconne pas, c’est peut être grave!

Classé dans : mens sana in corpore sano?? ah ouais! — garofanorosso @ 13:36

Rien à voir avec mon DD chéri, ma micro finance adorée ou mes courses bio du samedi, aujourd’hui, un billet « psychose ». Mais sérieux….

Ce matin, le réveil a sonné à 7h15, comme chaque jour.

Chaque jour?

Chaque jour.

Oui, passqu’être raccord avec sa nouvelle philosophie bio qui respecte l’eau des rivières et la virilité des goujons en ne rejetant pas des hormones dedans, ça demande de sacrés efforts.

Faut tout reprendre depuis le début. Avec M. Ogino, et ses températures.

Chaque matin, donc, depuis février, je me réveille à 7h15 pour prendre ma température et voir où notre ami Jean Michel Ottohargus, le Petit Utérus en est de sa vie d’utérus, donc. C’est cocasse. Ca monte, ça descend, ça fait des plateaux…..  J’entends d’ici Mme Badinter hurler à la fin de la liberté de la femme, mais je l’emmerde toujours autant, because personne ne me force à faire ça , et d’un, et de deux, ça me fait marrer de voir mes hormones vivre leur vie, là, peinardes, en liberté! Je suis le Masai Mara des hormones!

Et ben, là aussi, je suis complètement hors normes, mais alors com-plè-te-ment.

Un cycle de 45 jours, un autre de 32, un troisième de 40…. ah , ben, c’est facile tiens.

Bref.

C’EST PAS CA LE PROPOS……….

Une note psychotique, disais-je.

Le réveil sonne à 7h15.

Température, et rendormissement et rêve.

Alors, donc, toi, mon ami des fleurs, tu vas m’expliquer POURQUOI j’ai rêvé de CHASSE A L’OURS avec , en point d’orgue, le dépeçage en live et en son et images, d’un OURSON pendu par les pattes arrières, avec les pattes avant attachées  et éventré, à vif, avant d’être fendu en deux dans la longueur………………….avec commentaires du dépeceur qui t’explique qu’il faut commencer par découper doucement la peau du ventre avant de sortir les entrailles……………………..  EN LIVE DANS MA CERVELLE CE MATIN………….

Va m’expliquer ça!!!!

Moi, j’peux pas!

Je suis très très inquiète cela dit……

Note: c’est pas un chouette papier ça pour le 1er jour de l’été, hmmm?

11 mars, 2010

La vie en couleurs

Classé dans : mens sana in corpore sano?? ah ouais! — garofanorosso @ 13:13

Dans ma nouvelle quête d’harmonie avec ma planète et avec ma vie elle même, tu  sais, cher ami des fleurs, que je me suis mise au Tai Chi.

Bon, pour le moment, je n’ai pas fait de Tai Chi (c’est malin!!) mais du Qi Cong.

Les énergies.

Le mot clé, c’est ça.

Et les énergies, tu les cherches en te concentrant sur ton énergie interne, sur celle de la terre, tout ça tout ça.

Oui, même dans un gymnase avec un chauffage bruyant, il faut te concentrer sur ton intérieur.

Et ça marche!

Moi, cartésienne jusqu’au bout des poils de jambes, j’ai rencontré mes énergies internes!

Tu m’aurais parlé de ça il y a 3 mois, j’en rirais encore, mais il faut se rendre à l’évidence : quand tu les vois, tu les vois.

Et je les ai vues.

2 pour être précise et honnête.

Hier soir, en cours de Qi Cong, on passait en revue nos chakras (on ne rit pas!) et la maîtresse nous parlait de couleurs qui apparaissent derrière les paupières quand on a les yeux fermés, comme une persistance rétinienne quand tu as croisé une lumière vive par exemple.

Et ben, sur deux de mes chakras, je les ai vues ces couleurs! VACHE!!!!!

J’ai failli crier en les voyant.

Je n’ai rien dit à personne, mais à la fin du cours, je suis allée voir la maîtresse et je lui ai dit ce que j’avais vu : un croissant argenté sur la gauche et un mélange de rose et de vert, genre chair à saucisse persillée.

Et elle m’a confirmé que , oui, c’était bien ça: j’avais vu deux de mes chakras! Merde alors!!!

Tu le crois ça???? J’ai encore du mal à me dire que c’était bien vrai, je me dis que c’était peut être juste de l’autosuggestion, mais il semble bien que j’ai en effet vu ces énergies là.

Quel choc pour moi!

Par contre, lors du précédent cours, j’avais ressenti réellement une chaleur, en « frottant » mes mains, sans qu’elles se touchent attention. On te parle d’énergie, pas de chaleur physique. Cette fois, donc, la chaleur, pfffffffffff. En même temps, mes mains devaient être à -12°, alors, il aurait fallu que je frotte un moment pour la sentir la chaleur sus nommée!

Mais les couleurs….

Les couleurs des chakras….

Je t’en parle à toi, cher ami des fleurs, mais je ne suis pas sûre de pouvoir en parler à tout le monde, sous peine de filer illico dans un centre de repos pour victimes de burn out!

A suivre donc…

4 mars, 2010

Tai Chi, et Qi Cong sont dans un bateau

Classé dans : mens sana in corpore sano?? ah ouais! — garofanorosso @ 9:08

Je t’en parlais récemment, cher ami des fleurs, 2010 est l’année du changement complet pour ta dévouée.

Je parlais même de me mettre au Tai Chi.

taichichuancharacters.gif

Ben, c’est fait!

Hier soir, banlieue pourrie de Limoges, temps de chien, gymnase qui sent le pied, voilà le décor planté pour ma 1ère expérience transcendantale de la « boxe avec l’ombre » ou « boxe au faîte suprême » (Tai Chi Chuan, donc. Pour une fois, le chinois est plus facile que le français!).

Alors, évidemment, comme d’hab’, j’arrive en avance, donc, au lieu de rentrer directement dans le vestiaire du Tai Chi, je rentre par le gymnase où des grands relents de cours de gym de troisième et d’internat avec les filles du basket UNSS me montent à la gorge en voyant ces grandes gigues courir après un ballon orange.

Heureusement, si je ne suis pas douée en basket, disons que je n’ai pas (trop) peur des gens. Donc, je toque à l’huis du gardien du gymnase. Pour éviter d’errer au milieu de jeunes sportives (grandes en plus!) et être sûre de ne pas me retrouver dans le cours de préparation olympique au Tae Kwen Do pour adolescents hyperactifs à tendance psychopathe…

Et me voici à la salle de Tai Chi.

Un monsieur d’un âge respectacle m’accueille.

Je me change, avec une dame d’un âge très respectable aussi. J’apprendrai ensuite que la veste chinoise blanche qu’elle porte, avec le Yin et le Yang brodés dessus n’est pas un effet de mode, mais qu’en fait, c’est elle notre professeur ce soir.

Heureusement que je n’ai pas sorti de blague à la con!

Bien.

Elle me dit: « si vous avez une montre, enlevez la »

Moi : non, mais j’ai des bracelets.

Elle : les bijoux, ce n’est pas grave, mais parfois, les montres peuvent s’arrêter tellement l’énergie est forte.

Moi : ……………………… (in petto: ben merde alors, ça commence fort!)

Et nous voilà dans la salle.

Effectif : 10 (avec les professeurs…)

Moyenne d’âge : 75 ans (je suis gentille….les pratiquants du Tai Chi font jeunes…)

Bien.

Et c’est parti.

On fait du Qi Cong, pas du Tai Chi (ils alternent les disciplines): on part donc à la recherche de nos énergies! TaDam!!!

qi.jpg 

J’avoue que j’ai eu du mal à coordonner mes mouvements dans les 30 première secondes de la séance (ben ouais, moi, balancer les bras et les jambes en sens opposé, ça me perturbe! ) , et puis, ensuite, ça allait.

Bon, pas facile de se concentrer sur ses énergies intérieures quand il faut regarder ce que fait la prof pour ne pas se gourer (vois le travail si tu bouerres les chakras!!!!).

Mais dans l’ensemble, pas mal du tout.

Par contre, les mouvements, lents et répétés, en douceur et rondeur, sans forcer, ben, c’est épuisant! Réellement! Franchement, on n’a pas l’habitude (enfin , moi) d’enlacer un arbre imaginaire et de le planter dans la terre! J’avais les épaules toutes courbatues en sortant.

qicongarbre.jpg 

Je pesais une tonne.

Alors, évidemment, quand madame le professeur parlait des chakras qu’il fallait ouvrir, des couleurs des énergies qu’on était censés voir, boooooon, j’avoue que ma cervelle rationnelle avait du mal, mais il faut déposer ses idées à l’entrée de la salle, et être réceptif, ma foi, jouer le jeu des chakras. Ca ne coûte rien et ça peut rapporter gros.

J’y retourne la semaine prochaine.

On fera peut être du Tai Chi cette fois, encore une expérience du troisième type pour votre dévouée!

 

 

Café Philo Sophia - Maison ... |
b2igibiireponse |
promo afpa grec 2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sociologie:Système L.M.D
| Collège Notre Dame
| LEGOVORE-STARWARS