Garofano Rosso

4 octobre, 2011

Schiste alors!

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 9:09

Ce n’est peut-être (sans doute?) qu’une décision à portée électoraliste, mais il n’empêche que trois demandes de permis d’exploiter le gaz de schiste à grand coup d’eau polluée sous pression ont été rejetées par le gouvernement.

Pour une fois qu’une décision de ce gouvernement est louable, louons-là!! Laudamus, laudamus!

Mais restons prudents. La détermination des pétroliers à faire du pognon à tout prix n’a pas de limite. Tous les moyens seront bons pour faire passer les autres permis d’exploiter le sous sol. Il en reste encore 61 sur le tapis, 61 pour lesquels les pétroliers jurents leurs grands dieux qu’ils n’utiliseront pas la technique de la fracture hydraulique, interdite en France. Mais comme il n’en existe pas d’autres pour le moment, on se demande bien comment ils comptent s’y prendre… A la pelle et au burin, sans doute. Même Kosciusko-Morizet a dit que Total n’était pas « crédible » quand il parlait de ne pas avoir recours à ce moyen d’exploitation…

Quoi qu’il en soit, comme l’indique le site du journal « 20 minutes » : « Les trois permis en passe d’être annulés couvrent une surface de 9.672 km2 répartis sur sept départements dans le sud de la France ». Et c’est toujours ça de pris!

Alors évidemment, cette annulation tombe pile poil pour éviter à Sarkozy de se faire lyncher aujourd’hui alors qu’il va dans le Gard, c’est sûr, mais même si c’est pour cette raison de ces 3 permis ont été annulés, ben, ma foi, tant pis, je prends. Ne soyons pas plus royaliste que le roi et prenons ce qui vient.

Maintenant, la vigilance doit être de mise, et la lutte contre l’exploitation du gaz en sous sol ne doit surtout pas cesser.

26 septembre, 2011

L’ombre d’un paradoxe

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 10:23

Je suis fan du Concombre Masqué de Mandryka, je l’ai déjà dit.

Comme lui, j’aime m’asseoir à l’ombre d’un paradoxe pour réflechir.

paradoxeconcombre.jpg  paradoxeconcombre2.jpg

Et voilà qu’en me penchant sur mon attitude d’amie de la nature, je suis tombée sur deux paradoxes, justement.

D’abord, n’y a-t-il pas quelque chose de curieux dans le fait de prendre sa voiture pour aller déposer les bouteilles en verre dans les conteneurs prévus à cet effet pour le recyclage? Ca me perturbe. Hier par exemple, à l’issue d’un repas de groupe, je n’ai pas pu prendre les quelques cadavres de bouteilles de vin pour les déposer dans le bac à verre, vu que j’étais à bicyclette. Il aurait fallu que je prenne ma voiture pour parcourir les 2 km qui séparent mon domicile du lieu de ce repas pour pouvoir ensuite contribuer au recyclage du verre… Paradoxal s’il en est, non?

Autre paradoxe (t’as noté comme j’aime ce mot?), le shampoing. Je m’explique. J’utilise évidemment du shampoing bio, sans paraben, sans silicone, sans agents chimiques qui font de la mousse, sans rien de polluant ni pour l’eau ni pour mes cheveux. Mais ce shampoing a un sacré inconvénient: il faut le rincer deux fois plus longtemps qu’un bon vieux produit siliconé et chimique… Deux fois plus de flotte usée. De la flotte certes non polluée, mais deux fois plus quand même. A l’heure où l’eau devient plus rare qu’un sénateur UMP sur les bancs du Palais du Luxembourg, voilà qui est un peu ennuyeux.

On peut aussi parler les panneaux solaires produits en Chine avec des terres rares dont l’extraction pollue plus que le gaz de schiste, ou des vélos électriques eux aussi produits en Chine dans des usines sans doute extrêmement polluantes et peu respectueuses du droit du travail, ou encore le dentifrice dit « bio » et suremballé dans du carton lui même recouvert d’un film plastique… et je suis certaine que les exemples peuvent être multipliés à l’infini… Malheureusement.

En somme, vivre écolo, ce n’est jamais simple. Ce n’est jamais acquis, il faut sans cesse réfléchir, peser les avantages et les inconvénients, et surtout, ne pas se laisser avoir par l’apparence des choses. Bref, il faut faire travailler son sens critique.

Ca peut toujours servir ensuite dans la vie.

20 septembre, 2011

Anti-gaspi

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 8:14

Bien, alors, je constate avec soulagement que je ne suis pas la seule à trouver obscène cette manie de vouloir nous faire acheter des objets totalement inutiles sous prétexte qu’ils ne coûtent pas très cher.

Cela étant dit, j’avoue que je pousse parfois un peu loin de bouchon de la décroissance, ce qui me fait passer pour une originale au bureau (ce qui n’est pas pour me déplaire, je te l’avoue…). J’écris sur toutes les faces des feuilles, je recycle, je garde, je trie, j’économise les feuilles, l’encre, l’électricité, je me fais mon café chez moi dans un thermos pour ne pas  utiliser les gobelets en plastique du distributeur de la boîte… Bref, je suis à fond dans le trip. En plus, j’écris au stylo encre – en bois issu des forêts gérées durablement – et je le recharge avec de l’encre en bouteille (tu sais, l’encre Pelikan, en joli flacon, ben, c’est ça), pas de cartouches en plastique, rien. Et évidemment, j’utilise des crayons à papier en bois, et pas des critérium (criterii?) non rechargeables en plastique.

Le portrait de l’illuminée que je suis étant brossé à grands traits, il faut savoir que les crayons à papier s’usent, et rétrécissent, à force d’être taillés, c’est une évidence. Et au bout d’un moment, un tout petit bout de bois, ben, ce n’est pas pratique pour écrire, ça se perd, ça ne se taille plus, bref, ça devrait se jeter.

rallongecrayon.jpg 

Sauf, que là, arrive une invention géniale: le rallonge-crayon! Un tube de bois et de métal dans lequel tu glisses ton bout de crayon et qui lui rend toute sa jeunesse de crayon long et élancé.

rallongecrayon1.jpg 

Et en route pour une deuxième vie!

rallongecrayon2.jpg 

Une autre utilisation utile et économique de ce « rallonge-crayon », pour ceux et celles qui aiment se maquiller les yeux, c’est évidemment de rallonger les crayons de khôl, au moins pour pouvoir les tailler. Car si économiser un crayon à papier à 30 centimes ce n’est pas le bout du monde, un crayon de maquillage (bio évidemment) à 7 € , ce n’est pas la même chose.

Comme quoi, économies et écologie vont souvent de pair, contrairement à ce que beaucoup veulent nous faire croire…  

Le mien, je l’ai trouvé sur le site écolo La Ferme des Peupliers, mais même si j’avoue adorer ce site, je n’y ai aucune action, ceci n’est pas un billet sponsorisé.

28 juillet, 2011

ça pèse, non, mais vraiment!

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 8:04

Nous voilà bien!

Je te parlais récemment, ici : http://garofanorosso.unblog.fr/2011/04/29/ca-pese/ de la quantité de nourriture jetée chaque année: 20 kg/an/par habitant en France. Je trouvais que c’était déjà beaucoup. Mais ce matin, en lisant mon quotidien régional, je lis un autre chiffre nettement plus alarmant encore: la moyenne serait de 90kg/personne et par an!

90 kg! En moyenne. Avec une pointe à 114.5 kg pour les Franciliens.

J’en suis restée baba. Comment expliquer un tel écart de chiffres?

En fait, le chiffre de 90 kg est celui issu d’une enquête menée par la marque Albal auprès de 2500 foyers européens: un questionnaire a été envoyé directement à la population, qui devait tenir un carnet de bord de ce qui était jeté au cours d’une semaine. Puis ces réponses ont été recoupées avec les statistiques de l’INSEE. Résultat: 89.9 kg / personne en moyenne.

Le chiffre nettement plus modeste de 20 kg est celui issu d’une étude de l’ADEME qui a analysé directement les poubelles des gens. L’ADEME a en effet étudié les décharges des collectivités.

Bon, entre 20 et 90, il y a une sacrée marge qui fait, une fois de plus, que les appels d’alarme des écolos vont être qualifiés de foutaises, de propos paranoïaques d’hurluberlus en robes à fleurs, voire d’intégristes … Quoi qu’il en soit, même « simplement » 20 kg de bouffe jetés par chaque Français en un an, ça me débecte!

Petite lueur dans cette mélasse boueuse, le Limousin, donc, serait une des régions où on gaspillerait le moins la bouffe: « juste » 67 kg/ an  (j’ai honte, sérieux!). C’est donc presque 2 fois moins que les Parisiens, mais quand même. Faut dire que traditionnellement, chez nous, c’est pas qu’on a vraiment la fibre écolo, non, c’est juste qu’on est pauvres. Le Limousin, c’est juste avant la Corse, point de vue richesse économique, mais en plus , nous on n’a ni soleil, ni mer, ni montagne… On a des prés verts. Oui. C’est beau. Oui, oui. Mais ça ne nourrit pas bien son Limousin. Alors, notre culture fait que nous détestons sans doute plus qu’ailleurs jeter de la nourriture.

Mais quand même, merde, 67 kg!! Je peux te dire qu’il y a de sacrés porcs dans ma belle région, parce que, perso, c’est pas pour me jeter des fleurs, mais je suis très très loin de ce poids. Donc, y en a des qui gaspillent sacrément…

Ah, oui, tiens, histoire de finir sur une touche sympa: 90 kg de bouffe par an, c’est 21 % des achats de nourriture qui finissent au broyeur… Presque un quart de ce que nous achetons (= payons, cher!) finit dans la décharge. En parlant au porte-monnaie, ça parle plus aux gens je pense, alors, tu finis ton assiette!!

13 juillet, 2011

Pollution quotidienne

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 7:50

Il n’y a pas que les marées noires, les explosions d’usines, les périphériques des villes saturés de gaz carbonique, que sais-je encore, qui font du mal à nos cellules en attaquant notre environnement avec la grosse artillerie.

Il y a aussi la pollution au quotidien, celle de tout un chacun, l’air de rien: petit papier par là, paquet de cigarettes ici, une couche culotte, une serviette hygiénique, un vélo, un chien (ah, non, ça c’est un autre sujet! )

C’est rien, mais nous sommes 60 millions en France à dire « c’est rien » et, à force, ça commence à faire beaucoup.

Il va être plus que temps de se rendre compte qu’on n’est pas seuls au monde…

Je te propose un petit diaporama édifiant, en croisant les doigts pour que le lien fonctionne, car ça vaut le détour:

diaporama dechets.

11 juillet, 2011

Austin power

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 8:25

Certes, j’ai beaucoup ri étant jeune en regardant les frasques seventies de ce héros de pacotille aux dents immondes, mais là, je ne viens pas te causer du film Austin Powers. Non, je viens te causer d’une initiative intéressante, quoique radicale, développée à Austin, au Texas.

Moi qui en étais restée à Dallas, les Ewings, les flingues, les cowboys crottés du pantalon autant que du cerveau, ben, voilà, c’est bien fait pour moi! Encore une fois, les préjugés tombent, et c’est tant mieux.

A Austin, donc, existe depuis peu un magasin « zéro emballage zéro déchet ». Rien n’est emballé dans les rayons, tout est en vrac, et les clients viennent avec leurs poches, leurs boîtes, leurs bouteilles pour faire leurs achats. Tout bénéf’! Pour tout le monde.

Pour l’environnement, ça veut dire plus de déchets, vu que les gens réutilisent ce qu’ils possèdent, plus de fabrication de plastiques, cartons, célophanes inrecyclables. Pour le magasin: gain de place, plus de poubelles, plus de taxe de recyclage, puisque plus de déchets. Et pour le client: plus de tri des déchets, plus de taxe sur les poubelles le cas échéant, et achat des quantités nécessaires, donc, plus de gaspillage de nourriture, et donc, prix plus justes et adaptés.

C’est sans doute un peu excessif comme méthode, il doit y avoir des produits difficiles à imaginer en vrac, genre le cassoulet (c’est la 1ère chose qui m’est venue à l’esprit…), mais c’est vrai que si chacun joue le jeu, ça peut le faire.

Sachant qu’en France les emballages ménagers représentent 20% de nos poubelles et sont recyclés à 63 %, ça donne à réfléchir. 63%, c’est bien, c’est deux fois mieux qu’il y a 10 ans, preuve que la conscience écolo entre dans les mentalités. Mais, de là à arriver à 75% en 2012, ça paraît difficile. Comme dirait le grand penseur Lao Raffarin Tseu « la route est droite mais la pente est raide »…

Source: Nouvel Observateur, 30 juin 2011, n°2434

 

8 juillet, 2011

Green Boy

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 7:39

C’est quoi ça me demanderas tu?

C’est un super héros doté d’aucun super pouvoir, si ce n’est celui de faire prendre conscience à chacun, chaque jour, par de petits gestes simples qu’il peut être un héros de l’écologie.

Il est vêtu d’une seyante combinaison verte (j’espère qu’elle est en coton bio…) et signe ses actions d’une licorne verte.

C’est donc pour faire la blague que ce personnage de Green Boy est né dans le cerveau de Jérôme Genevray. Et depuis plus d’un an, la vidéo « Le Green Boy et Dirty Girl » fait le buzz comme le disent les médias.

Dirty Girl, c’est la méchante, évidemment, celle qui travaille pour les industries pétrolières et qui fait même du green washing pour séduire les écolos, et le Green Boy en particulier, pour les trahir ensuite, la hyène! Mais le combat n’est pas fini!

Bref.

C’est tout mignon, c’est gentil, c’est drôle, et ce garçon a beaucoup de talent, si on en croit le nombre de prix, de récompenses et de nominations à toutes sortes de festivals.

Allez, cadeau, je te mets le lien vers le film:

 http://genevray.com/jerome/?p=1

Bon week end!

25 juin, 2011

Attention, ceci n’est pas un papier écolo!

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 9:57

Ououououh, la vilaine!

Pas d’article écolo, bio, local, DD  ce matin!

Non, vraiment pas, mais c’est mon anniversaire, j’ai droit à une folie!

Ma folie, c’est ça:

 p1906112022.jpg  p210611194201.jpg  p2506110844.jpg

Ca, c’est une mangue!

Vi. Alors, donc, oui, évidemment, là, niveau empreinte écologique, c’est clair, je suis nulle, recalée. Une mangue qui vient du Pérou, pas bio, rien, une pure honte, en somme. C’est un fait.

Mais (je garde ma mauvaise foi en toutes circonstances!), j’ai planté le noyau, paf, comme ça, sans l’ouvrir, sans le gratter, pof, juste dans la terre , un peu d’eau et voilà que j’ai vu sortir une petite tige, avec des bébés feuilles dessus!

Je suis fière, je te laisse l’imaginer!

Donc, (mauvaise foi bis), si ça pousse pour de vrai, en grand, ben, cette nouvelle touche de vert sur la planète compensera un peu le fait que cette mangue est venue de très loin…

Allez, je vais regarder pousser ma mangue!

Bon week end!

30 mai, 2011

Espoir?

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 10:16

Le point d’interrogation est de rigueur quand on aborde ce sujet, surtout en ce moment.

Le sujet: le nucléaire, évidemment.

L’Allemagne a donc annoncé qu’elle  n’allait plus continuer à développer son parc de centrales nucléaires d’ici 2022.

La majorité des centrales teutonnes devraient être mises hors service d’ici 2021 et les trois plus récentes l’année suivante.

Ainsi, l’Allemagne a décidé de se passer de ce moyen de production de 22% de son électricité. Et de la taxe qui l’accompagne.

Alors, personnellement, je me réjouis de cette nouvelle, qui montre que non, rompre avec l’énergie nucléaire n’est pas forcément vouloir revenir au temps des cavernes, n’en déplaise à M. Allègre et consorts; car je ne pense pas que l’Allemagne ait dans l’idée de perdre sa place de grande puissance économique mondiale. Elle a juste l’envie de faire autrement pour garder son statut et son niveau de vie et de confort. Et personnellement, je suis certaine qu’elle arrivera à trouver d’autres sources – propres -  de production d’électricité. L’Allemagne est à la pointe en ce qui concerne l’écologie, je l’ai déjà dit, et je pense qu’outre-Rhin, les volontés sont là pour se donner les moyens d’y arriver.

Mais je pense que malgré cette nouvelle, pleine d’espoir en ce qui me concerne, il va se poser un sacré problème dans cette histoire, c’est évidemment le traitement des centrales une fois désossées, et le sort des déchets, encore et toujours. Ces déchets qu’on ne sait pas traiter et qui sont destinés à empoisonner la terre pour encore quelques milliers d’années…

L’arrêt des centrales allemandes ne va pas se faire sans difficultés, c’est évident, et les militants anti-nucléaires n’ont pas fini de s’enchaîner aux voies de chemin de fer pour empêcher le passage des trains de déchets radioactifs…

Mais j’ai envie de croire qu’un mouvement est en train de s’amorcer. En tous cas, je croise les doigts pour que ça marche. Je veux voir ça.

10 mai, 2011

A bicycletteuh.

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 8:49

Votre dévouée en avait fait un papier, en début d’année 2010.

Elle s’était offert le comble du luxe de l’écolo bobo citadine: un VAE, vélo à assistance électrique.

C’était le méga pied, plus aucune côte de ma bonne ville de Limoges ne me résistait, plus de sueur, plus de crampes, juste le plaisir de pédaler dans la semoule dans du beurre.

Cependant, ma conscience écolo me titillait parfois, me disant qu’un vélo électrique, c’était bien beau mais la batterie restait une bombe écologique à retardement, comme toute batterie qui se respecte, me disant aussi que ladite batterie devait être rechargée régulièrement, à l’électricité, et comme disait l’autre, elle devenait une batterie « nucléaire », pas glop tout ça.

Mais le confort de mes mollets valait bien cette petite écorne à ma conscience.

Enfin, pas tant que ça.

J’ai vendu mon VAE la semaine dernière. Je l’ai bradé même. Et j’ai repris ma bonne vieille bicyclette sans moteur.

Quel changement!

La position déjà, ce n’est plus un vélo de dame, là, c’est un VTT, le guidon est plus bas que la selle. Et surtout, quelle différence de poids, mes aieux! Les VAE ont ce défaut majeur de peser tous 25 kg en moyenne. Un vélo de 25 kilos, c’est colossal, surtout que je suppose que la majorité des gens qui ont un VAE vivent en ville, et doivent se cogner la bécane dans des escaliers, ne serait-ce que pour atteindre une cave ou un ascenseur… C’est vraiment leur défaut n°1, ça , leur poids. Je ne comprends pas d’ailleurs pourquoi les fabricants ne font pas d’effort de ce côté là.

Donc, mon petit VTT, qui doit faire 10kg tout mouillé, et encore, honnêtement je n’en suis pas sûre, est une véritable petite gazelle bondissant de trottoirs en caniveau, de rues en passages cloutés, se glissant telle l’anguille facétieuse (!!) entre les bus et les voitures. Bref, je t’avoue que retrouver cette liberté complète est un pur plaisir.

Oui, en descente, c’est un pur plaisir, mais en côte me diras-tu.

En côte, j’avoue que j’apprehendais sacrément l’absence de moteur qui pousse à la moindre difficulté, mais en fait, non, je suis rentrée chez moi sans souffrance, simplement en jouant correctement avec les vitesses de mon vélo, comme tout cycliste de base. Et à part – je l’avoue – une petite sueur dans le dos due plus à la chaleur de ce mois de mai qu’à la difficulté de la route, le trajet de retour s’est fait sans le moindre déplaisir.

Donc, tout ça pour dire que le VAE c’est super génial, mais que le vélo normal, c’est pas mal non plus… On est bien avancé avec ce jugement, hein?

Quoi qu’il en soit, j’ai dans l’idée de mettre des sous de côté pour, à terme, pouvoir m’offrir un VAE qui déchire sa race(15 vitesses, c’est quasiment Ariane), et surtout, surtout, qui ne soit pas fabriqué en Chine. Celui de mes rêves est né en Europe, aux Pays Bas pour être précise, l’autre pays du vélo, et si en effet, la batterie reste nucléaire, comme les autres, au moins a-t-il le mérite de ne pas avoir été conçu par des esclaves à des milliers de kilomètres de moi. Ca compense un peu.

Je deviens carrément allergique à tous ces produits de merde qui viennent par mégatonnes de l’Empire du Milieu, le « made in China » me devient insufférable, comme l’écrit Merle dans sa saga historique (j’ai attaqué le tome 11 !! ), insupportable, intolérable. Je suis prête à raquer le double du prix de quelque chose pour être sûre qu’il n’ait pas été fabriqué en Asie dans des conditions humaines, sociales et environnementales déplorables. Et s’il faut payer plus cher, ben, je prends le temps d’économiser pour avoir un produit de qualité supérieure.

Voilà. Voilà. Voilà.

 En attendant, je m’amuse comme une petite folle sur mon vélo de garçon, je rajeunis tous les matins, je me sens libre comme un cheval sauvage (rien que ça!!!!! ) et surtout, je monte mon vélo d’une seule main dans les escaliers de ma cave.

Ca tient à rien parfois le bonheur…

12345...10
 

Café Philo Sophia - Maison ... |
b2igibiireponse |
promo afpa grec 2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sociologie:Système L.M.D
| Collège Notre Dame
| LEGOVORE-STARWARS