Garofano Rosso

17 novembre, 2011

Ecologie et sport de brute

Classé dans : mens sana in corpore sano?? ah ouais! — garofanorosso @ 9:54

Ami des fleurs, sache qu’une révolution est en train de se produire dans le monde ouaté de ta dévouée.

Elle s’est mise au sport, mais de façon, disons, intense. Avec des objectifs, tout ça quoi.

On ne va pas aller s’allonger sur le divan d’un psy pour savoir le pourquoi du comment, on n’a pas le temps, y a entraînement! Soyons clairs, je me suis mise au sport d’abord parce qu’un collègue à moi donnait des cours de krav maga et que ça me tentait, puis j’ai rencontré des gens sympathiques dans la salle de sport et j’ai goûté à nouveau au plaisir de l’exercice physique et surtout aux transformations notables que cela impliquait sur mon petit corps. Puis, il y a eu le drame, cet été, la mort de mon amie si chère, et le besoin de m’abrutir pour débrancher mon cerveau au moins quelques heures par semaine. Et ce besoin d’abrutissement s’est accompagné de l’arrêt du tabac et du cercle vicieux du goût de l’effort.

Oui, oui, ça existe, le goût de l’effort. Je ne le savais pas. Je l’ai découvert récemment. On sait que l’effort physique provoque dans l’organisme un déferlement d’endorphine, qui à la longue devient une drogue aussi douce que le plaisir sexuel (si si, il paraît!!! c’est pour ça que je m’acharne, ARF!!!). Et puis, il y a la fierté, l’orgueil de voir son corps changer, se tonifier, se développer, résister à la douleur, à l’effort, de voir son corps capable de choses qu’on ne soupçonnait pas il y a encore 3 mois. Bref, je fais du sport et j’aime ça. Du sport en salle, et de la course à pied.

Mais, je reste une indécrottable écolo. Et souvent, le sport n’est pas compatible avec le respect de l’environnement: en particulier sur deux points : les chaussures et les textiles sont à 99 % faits en matières à la con, et quasi exclusivement en Chine, 1er mauvais point, et 2ème point noir: la bouffe.

Ah!! La bouffe du sportif: boissons énergisantes, gels glucidiques, préparations en poudre, … hmmm, que du bonheur, rempli de produits bizarres, en portions individuelles, avec des emballages plastiques qu’on retrouve sur les bords des routes (l’horreur) et certainement pas bio et encore moins locaux.

Sauf que, dans le monde de la CAP (course à pied pour les initiés, j’ai appris ça hier!), les écolos arrivent en force aussi, aha, y a pas que chez les socialistes qu’on vient faire chier le monde!

Bon, pour ce qui est des chaussures, j’avoue que là, les produits écolos n’existent pas encore, les runnings remplies de gel ne sont pas encore fabriquées à partir de chanvre bio, malheureusement. Mais pour la bouffe, là, on peut agir.

Ainsi, peut-être ne sais tu pas qu’il existe sur le marché de la CAP un produit appelé « Gatosport », qui est, comme son nom l’indique, un gâteau spécialement conçu pour l’effort physique, à très haute valeur digestive et qui fournit tout ce dont le corps a besoin pour un effort d’endurance. Et ben, ce gâteau diététique – et des dizaines d’autres recettes de « cuisine » de l’effort – tu peux le faire toi même, avec des ingrédients simples et, pour le coup, BIOS. Et hop, le tour est joué. Et cerise sur le « Gatosport », au lieu des 9,95 € pour 400 grammes, ça te revient à 2.50 € ! Tu manges bio, tu manges bien, et ça te coûte 4 fois moins cher! Elle est pas belle la vie?

On pourrait croire que ta dévouée vient de découvrir comment on fabrique de l’eau tiède, je te l’accorde, mais en fait, non.

Aha!

Because, la bouffe de sportif, c’est pas la bouffe de l’humain normal, avec du beurre, des oeufs, du sucre, tu vois, ce genre de choses. Non, la bouffe de sportif, c’est calculé, pesé, choisi, presque alchimique comme truc, le but étant en fait de trouver le subtil équilibre entre ne pas vomir ton repas sur le bord de la route tout en évitant le décès par inanition !!!

Trève de galéjade. Ceci en fait revient à ce que me disait il y a quelques années ma très chère Ju (que j’embrasse si elle passe par là): le bio c’est moins cher que le reste à partir du moment où tu évites les produits transformés. Il faut te concentrer sur les produits bruts au maximum, les produits les moins transformés possibles, les moins trafiqués, les moins travaillés. Faire les choses par toi même, et tu verras que tu t’y retrouveras niveaux coût et surtout qualité. Et c’est la pure vérité (pas transformée non plus! ). Ah, bien sûr, faire un gâteau, ça prend un peu plus de temps que de diluer de la poudre dans de la flotte, mais ça en vaut la peine.

Et je peux te dire que si ça marche pour les produits diététiques de l’effort, comme disait l’autre, ça marche pour tout! Parole de capiste! (pratiquant de la course à pied, et non pas adepte des films en costume avec Jean Marais, même si l’un n’empêche pas l’autre! )

3 réponses à “Ecologie et sport de brute”

  1. jean-marie dit :

    bonjour, chère Florence,
    un article très riche,foisonnant…
    mais tu maintiens le cap !
    malgré les difficultés…
    (je m’en tiens à la MAP « marche à pied »… au pas lent- très lent- mais je fais gaffe à la bouffe)
    c’est bien d’avoir supprimé la clope…
    bonne journée
    bises amicales
    jean-marie

  2. garofanorosso dit :

    je me sens libérée de cette emprise tabagique, c’est fabuleux comme sensation.
    la MAP, c’est quand même ce qu’on fait de mieux.
    amitiés

  3. ksk dit :

    Je plussoie pour la MAP mais à pas rapide.

Laisser un commentaire

 

Café Philo Sophia - Maison ... |
b2igibiireponse |
promo afpa grec 2010 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Sociologie:Système L.M.D
| Collège Notre Dame
| LEGOVORE-STARWARS