Garofano Rosso

26 septembre, 2011

L’ombre d’un paradoxe

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 10:23

Je suis fan du Concombre Masqué de Mandryka, je l’ai déjà dit.

Comme lui, j’aime m’asseoir à l’ombre d’un paradoxe pour réflechir.

paradoxeconcombre.jpg  paradoxeconcombre2.jpg

Et voilà qu’en me penchant sur mon attitude d’amie de la nature, je suis tombée sur deux paradoxes, justement.

D’abord, n’y a-t-il pas quelque chose de curieux dans le fait de prendre sa voiture pour aller déposer les bouteilles en verre dans les conteneurs prévus à cet effet pour le recyclage? Ca me perturbe. Hier par exemple, à l’issue d’un repas de groupe, je n’ai pas pu prendre les quelques cadavres de bouteilles de vin pour les déposer dans le bac à verre, vu que j’étais à bicyclette. Il aurait fallu que je prenne ma voiture pour parcourir les 2 km qui séparent mon domicile du lieu de ce repas pour pouvoir ensuite contribuer au recyclage du verre… Paradoxal s’il en est, non?

Autre paradoxe (t’as noté comme j’aime ce mot?), le shampoing. Je m’explique. J’utilise évidemment du shampoing bio, sans paraben, sans silicone, sans agents chimiques qui font de la mousse, sans rien de polluant ni pour l’eau ni pour mes cheveux. Mais ce shampoing a un sacré inconvénient: il faut le rincer deux fois plus longtemps qu’un bon vieux produit siliconé et chimique… Deux fois plus de flotte usée. De la flotte certes non polluée, mais deux fois plus quand même. A l’heure où l’eau devient plus rare qu’un sénateur UMP sur les bancs du Palais du Luxembourg, voilà qui est un peu ennuyeux.

On peut aussi parler les panneaux solaires produits en Chine avec des terres rares dont l’extraction pollue plus que le gaz de schiste, ou des vélos électriques eux aussi produits en Chine dans des usines sans doute extrêmement polluantes et peu respectueuses du droit du travail, ou encore le dentifrice dit « bio » et suremballé dans du carton lui même recouvert d’un film plastique… et je suis certaine que les exemples peuvent être multipliés à l’infini… Malheureusement.

En somme, vivre écolo, ce n’est jamais simple. Ce n’est jamais acquis, il faut sans cesse réfléchir, peser les avantages et les inconvénients, et surtout, ne pas se laisser avoir par l’apparence des choses. Bref, il faut faire travailler son sens critique.

Ca peut toujours servir ensuite dans la vie.

8 réponses à “L’ombre d’un paradoxe”

  1. jean-marie dit :

    bonsoir, chère Florence,
    vive Le Comcombre Masqué de Mandrika (ci-devant Kalkus de mon vieux Pif-Gadget) et les Paradoxes
    vive toi qui les élève au rang de cas de conscience !
    j’adore ton allusion aux sénateure UMP ! l’ont bien méritée la rouste !!!
    zavaient perdu les municipales; les cantonales, les régionales s’attendaient à quoi ?
    bon les autres feront-ils moins mal ? bof…
    là, je digresse… excuse-moi
    bonne soirée
    amicalement
    jean-marie

  2. garofano rosso dit :

    digresse , digresse, cher Jean Marie, c’est toujours un bonheur de te lire ici, et chez toi aussi d’ailleurs!
    amitiés

  3. ksk dit :

    Tout à fait d’accord avec toi concernant les paradoxes. Pour le savon et shampoing nous utilisons du savon d’alep (qui vient d’alep certes) qui se rince bien mieux que tout autre savon même chimique. Quant au bio, après avoir travaillé sur une exploit. bio je relativise beaucoup préfèrant nous priver de certaines denrées et n’acheter que local à des producteurs que je connais notamment le grain des animaux qui n’est pas bio mais issue d’une exploitation en conventionnel locale (2km) qui traite la plupart des animaux en phytothérapie. Pour l’électricité nous construirons une éolienne qu’il serait génial de coupler avec des panneaux solaires sauf que comme tu soulèves le problème bin c’est pô génial les panneaux donc mieux vaut garder le compteur edf en complément.
    Sinon enfin les enseignes de magasins de bricolage récupèrent et recyclent les appareils électroménagers par chez nous plus de cas de conscience la-dessus ni de déchetterie.
    Pour ton cas de conscience recyclage verre je suggère… la remorque à bicyclette !

  4. garofano rosso dit :

    merci pour le conseil!
    la remorque à vélo, c’est en effet l’idéal!
    je vais me pencher sur la question.
    quant au reste, en effet, il vaut mieux souvent se passer d’un produit que de se fourvoyer dans du faux bio (ou du « bio de Chine »).
    une question: le savon d’alep, ça n’abime pas les cheveux?

  5. ksk dit :

    Disons que ma fille et moi-même avons une peau d’africaine et le cuir chevelu qui va avec et franchement depuis que nous utilisons le savon d’alep pur en pain sans parfum nous n’avons plus de problème de grattages, pellicules et autres.

  6. garofanorosso dit :

    mes tifs sont hyper fragiles, je les perds enormement, mais je vais peut etre essayer le savon d’alep, après tout, ça ne peut pas être pire que les shampoings du commerce bourrés de merdes.
    merci

  7. ksk dit :

    En brossant les cheveux blonds et filasses (les mystères du métissage) de la rejetonne ce matin et en les voyant doux, brillants et soyeux j’ai pensé aux tiens de cheveux. Ca vaudrait peut-être le coup d’essayer le savon d’alep en effet.

  8. garofano rosso dit :

    promis, j’essaierai et ma foi , si je deviens chauve, ben, ça me fera une bonne occasion pour changer de tête!

Laisser un commentaire

 

Café Philo Sophia - Maison ... |
b2igibiireponse |
promo afpa grec 2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sociologie:Système L.M.D
| Collège Notre Dame
| LEGOVORE-STARWARS