Garofano Rosso

  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 26 septembre 2011

26 septembre, 2011

L’ombre d’un paradoxe

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 10:23

Je suis fan du Concombre Masqué de Mandryka, je l’ai déjà dit.

Comme lui, j’aime m’asseoir à l’ombre d’un paradoxe pour réflechir.

paradoxeconcombre.jpg  paradoxeconcombre2.jpg

Et voilà qu’en me penchant sur mon attitude d’amie de la nature, je suis tombée sur deux paradoxes, justement.

D’abord, n’y a-t-il pas quelque chose de curieux dans le fait de prendre sa voiture pour aller déposer les bouteilles en verre dans les conteneurs prévus à cet effet pour le recyclage? Ca me perturbe. Hier par exemple, à l’issue d’un repas de groupe, je n’ai pas pu prendre les quelques cadavres de bouteilles de vin pour les déposer dans le bac à verre, vu que j’étais à bicyclette. Il aurait fallu que je prenne ma voiture pour parcourir les 2 km qui séparent mon domicile du lieu de ce repas pour pouvoir ensuite contribuer au recyclage du verre… Paradoxal s’il en est, non?

Autre paradoxe (t’as noté comme j’aime ce mot?), le shampoing. Je m’explique. J’utilise évidemment du shampoing bio, sans paraben, sans silicone, sans agents chimiques qui font de la mousse, sans rien de polluant ni pour l’eau ni pour mes cheveux. Mais ce shampoing a un sacré inconvénient: il faut le rincer deux fois plus longtemps qu’un bon vieux produit siliconé et chimique… Deux fois plus de flotte usée. De la flotte certes non polluée, mais deux fois plus quand même. A l’heure où l’eau devient plus rare qu’un sénateur UMP sur les bancs du Palais du Luxembourg, voilà qui est un peu ennuyeux.

On peut aussi parler les panneaux solaires produits en Chine avec des terres rares dont l’extraction pollue plus que le gaz de schiste, ou des vélos électriques eux aussi produits en Chine dans des usines sans doute extrêmement polluantes et peu respectueuses du droit du travail, ou encore le dentifrice dit « bio » et suremballé dans du carton lui même recouvert d’un film plastique… et je suis certaine que les exemples peuvent être multipliés à l’infini… Malheureusement.

En somme, vivre écolo, ce n’est jamais simple. Ce n’est jamais acquis, il faut sans cesse réfléchir, peser les avantages et les inconvénients, et surtout, ne pas se laisser avoir par l’apparence des choses. Bref, il faut faire travailler son sens critique.

Ca peut toujours servir ensuite dans la vie.

 

Café Philo Sophia - Maison ... |
b2igibiireponse |
promo afpa grec 2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sociologie:Système L.M.D
| Collège Notre Dame
| LEGOVORE-STARWARS