Garofano Rosso

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

28 janvier, 2011

Du concret.

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 7:55

L’an passé, je te parlais de la redécouverte du crayon de couleur pour remplacer les feutres fluos, type Stabilo.

Là, je voudrais te montrer concrètement ce que ça donne l’écologie quotidienne au bureau:

biocrayons1.jpg

  biocrayons.jpg

Ca, c’est ce qui reste de mes crayons fluos achetés pour remplacer les feutres au corps plastique.

Le jaune a beaucoup donné de sa personne, tu le vois, il ne mesure plus que 2 cm…

Alors, que même vides et secs et inutilisables, les feutres fluos restent égaux à eux-mêmes:

biofluos.jpg

 Et prennent une place folle dans la poubelle, dans le container, dans le camion, dans la décharge, dans nos poumons au bout du compte.

Voilà, une petite page prosélyte pour aujourd’hui!

27 janvier, 2011

Et Mme Badinter, elle est où là?

Classé dans : un p'tit coup gueule en passant — garofanorosso @ 9:13

Ah, là, désolée, mais je suis en rage!

En rage devant une énième attaque frontale contre la liberté des femmes, contre leurs acquis si chèrement payés au fil du temps.

Là, on ne parle pas de quelques rêveuses écolos bio, qui font le CHOIX de vivre sans Pampers, Blédina et autre Bisphénol dans les biberons, non, là, on ne parle pas des femmes qui font le CHOIX de donner la vie dans le respect de leur corps, de leur tête, des femmes qui ne veulent pas être prises pour des poulets de Bresse (l’auteur de cette saillie se reconnaîtra si elle passe par là).

Non, là, Mme Badinter, il serait urgent de vous indigner vous aussi, pour crier que le droit à l’accouchement sous X n’est pas une fantaisie de nana en manque de grossesse mais incapable de s’occuper d’un gosse!

Non, madame, l’accouchement sous X est un DROIT, une liberté chèrement acquise pour les FEMMES. Celles qui n’ont pas eu le choix d’avorter, à cause d’un milieu culturel hostile, d’une ignorance, d’un manque de temps, de structures médicales réticentes et/ou débordées; ces femmes, en dernière extrémité, ont la possibilité d’accoucher anonymement, de donner la vie, mais de donner aussi à cet enfant dont elles savent qu’elles ne pourront pas s’en occuper, la chance d’être accueilli dans une famille adoptante qui l’aimera et l’élèvera du mieux possible.

Cet exemple de grands-parents qui ont « réussi » à obtenir la garde de leur petite fille de 18 mois , alors que la mère lui a donné naissance sous X et refusait clairement qu’une telle hypothèse se fasse jour, me terrifie. Car maintenant, dans cette brêche énorme au droit des femmes, s’engouffrent tous les goupillons, bien pensants curetons, phallocrates et autres culs bénis. Dès ce matin, la députée (une femme, les pires misogynes sont les femmes! ) UMP du Tarn pondait une étude montrant que le droit d’accoucher sous X devait disparaître, que l’anonymat devait disparaître, que l’enfant devait pouvoir retrouver sa mère à sa majorité.

Au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant! Je comprends parfaitement qu’être un enfant né sous X doit être particulièrement difficile à vivre, ne pas savoir d’où on vient, savoir – peut être- qu’on a été abandonné par sa mère, penser croiser sa mère à chaque coin de rue, ce doit être terrible, j’en conviens, sans la moindre hésitation, mais où est l’intérêt de la gamine confiée à ses grands-parents, qui seront peut-être en maison de retraite quand elle fêtera son bac? Où est l’intérêt de la gamine de savoir – sans le moindre doute pour le coup –  que sa mère l’a abandonnée, de savoir qui elle est, où elle vit, ce qu’elle fait, du fait même de vivre avec ses grands parents biologiques? Où est l’intérêt, peux tu me le dire?

Quant à la volonté de la mère, on pisse dessus, carrément. Elle voulait accoucher sous X, rien à foutre, on ne va pas se mettre à respecter la volonté d’une femme, non??

Alors, oui, il paraitrait que la mère aurait parlé de cette grossesse à sa famille, disant qu’elle allait accoucher sous X, et que, du coup, les grands-parents auraient souhaité adopter le bébé. Oui, mais alors, quand on est enceinte, souvent sans l’avoir voulu, sans pouvoir assumer, sans doute dans un état mental dramatique du fait de cette grossesse, dans la peur, l’angoisse,  peut être dans un état culturel et/ou financier peu favorisé (que sais-je moi?), il faudrait EN PLUS s’isoler complètement? Vivre en ermite pendant 9 mois, et accoucher comme une chienne pour abandonner ensuite le nouveau-né sous le porche d’une église?

Evidemment que la nana a parlé de sa grossesse. En principe, souvent du moins, ça se voit une grossesse.

Mais elle avait décidé d’accoucher sous X, personne n’a le droit de remettre cette décision en question, si ce n’est elle même!

On commence avec l’accouchement anonyme, on va poursuivre avec le droit à l’avortement (après tout, le bébé n’est sans doute pas d’accord pour ne pas naître ), et après, ce sera quoi? La contraception (pauvre petit spermatozoïde, assassiné par un gel spermicide) ?

Déjà, la semaine dernière, les anti-avortement ont défilé à Paris, leurs voix se font entendre de plus en plus. Là, un tribunal bafoue clairement le droit d’accoucher sous X.

On veut quoi , là, pour la moitié de l’humanité? Qu’elle ponde, et ferme sa gueule?

Mme Badinter, au lieu de vous insurger quand des femmes choisissent librement de ne pas vivre selon les préceptes de vos amis côtés en bourse, hurlez maintenant contre cette attaque en règle de la liberté des femmes à disposer de leur corps et de leur esprit.

Il va falloir réouvrir les boîtes à bébés dans les hôpitaux, car si le droit à l’accouchement sous X est foulé aux pieds, les bébés non désirés vont se retrouver aux pieds des églises, et là, ça va faire désordre!

 

25 janvier, 2011

L’Ecclésiaste

Classé dans : tu l'as lu toi? — garofanorosso @ 10:01

Parfois, quand je veux m’évader de la saga protestanto-monarchiste de Robert Merle (j’ai attaqué le tome 7, ououh), je me plonge avec délectation et douceur dans L’Ecclésiaste…

Non, ne compose pas le 15 tout de suite, je ne suis pas tombée dans la démence totale, ni la bigoterie maladive.

Non, c’est juste qu’un jour où je prononçais devant mon patron la phrase qui rythme ma vie depuis mes 18 ans, à savoir Vanitas vanitatum et omnia vanitas (en latin, j’aime bien, c’est plus joli), ce dernier me demanda si j’avais lu L’Ecclésiaste, d’où est évidemment issue cette phrase.

Non, je n’avais pas lu cette oeuvre majeure de la Bible. (majeure, mais courte, c’est pratique! )

Séance tenante, je rattrapai 15 années de lacunes en lisant les pensées du roi Salomon.

« Vanité des vanités tout est vanité », donc, mais aussi, « rien de nouveau sous le soleil », « tu es poussière et tu redeviendras poussière »… toutes ces antiennes que l’on mâche et rabache depuis des siècles, sans savoir, bien souvent, d’où elles sortent; elles sont là.

Et bien, voilà qui est fait, je sais à présent d’où viennent ces sentences pas super folichonnes.

Ca pète un peu, ça, citer L’Ecclesiaste, surtout quand on est comme moi bouffeuse de curés et athée jusqu’au bout des ongles…

J’avoue, j’aime bien… Vanité, vanité….

Et pour me souvenir que tout est vanité – comme si entendre un discours de Sarkozy ne suffisait pas à comprendre le double sens de ce mot – j’ai changé de fond d’écran  sur mon téléphone portable… Où va se loger la vanité, me diras-tu?

Oui, j’ai mis en fond d’écran le logo de la marque d’hyper luxe, d’hyper puissance, d’hyper consommation Maybach; les voitures de luxe, à côté desquelles Rolls Royce passe pour une 4L .

maybachlogo.jpg 

Comme ça, je ne perds jamais de vue que l’hyper consommation n’est pas la solution mais que je vis quand même dans une société qui me donne le droit de penser autrement.

Ca va chercher loin parfois les fonds d’écran de téléphones…

20 janvier, 2011

c’était il y a un an.

Classé dans : vite dit — garofanorosso @ 9:14

Il y a un an aujourd’hui, le 20/01/10, je me lançais à nouveau dans l’aventure bloguesque, en autonomie complète cependant, contrairement aux années précedentes de ma vie de blogueuse sur la plate forme Over Blog.

Il y a un an, donc, je changeais de vie.

Je passais d’une existence de panier percé à celle de citoyenne consciente de la marche du monde vers le mur de la consommation à outrance, de la pollution, de l’exploitation criminelle des êtres humains pour produire toujours plus, toujours plus vite, toujours moins cher. Ce mur de la société de consommation où on crée, on utilise, on jette dès que l’ennui se fait sentir, j’ai pris conscience il y a un an seulement que je ne le supportais plus.

Et je suis devenue une écolo décroissante locavore et snob… Ah, non, ça , snob, je l’ai toujours été, mais à présent, je l’affirme plus haut encore.

Il y a un an, juste après avoir passé le réveillon avec ma muse écolo Normando-lotoise, après avoir vaincu ma phobie des punaises grâce à elle aussi - sans même qu’elle ne fasse rien pour cela, vu qu’elle dormait au moment où j’ai occis la bête ET ma phobie d’un même coup de pantoufle -, après avoir pris conscience que non, je ne pouvais plus acheter des petits suisses à la gélatine de porc, non, non, non.

Depuis un an donc, je suis une autre citoyenne, n’achetant que ce dont elle a besoin -dans la mesure du raisonnable, oh, je ne suis pas devenue Amish non plus! – , consommant local , bio, local ET bio autant que faire se peut, bien sûr, épluchant les étiquettes des produits, jugeant, jaugeant, économisant pour pouvoir se faire vraiment plaisir avec des produits de très haute qualité, made in France si possible…

Bref, depuis un an, je ne me contente plus de la facilité de consommer, mais je réfléchis, et comme le disait récemment une amie à moi, j’ai le sentiment que ce comportement de citoyenne responsable et critique est ma façon à moi de suivre les préceptes de Stéphane Hessel et de m’indigner face à cette société que je vomis….  et je m’envoie des fleurs si ça me fait plaisir, c’est mon blog et c’est mon anniversaire!!!

Voilà.

C’était il y a un an.

Ce blog est né, ne servant pas à grand chose sinon à dire aux quelques lecteurs qui viennent s’y égarer que oui, vivre autrement est possible, et que non, ça ne coûte pas plus cher de vivre mieux. ET quand en plus, on ajoute à cela le plaisir de se dire qu’on a peut être contribué – à l’échelle de la goutte dans l’océan, j’en suis consciente – à faire moins de mal à  la planète et à nos frères humains, là, on sait qu’on a fait le bon choix.

Donc, merci à toi, cher ami des fleurs, qui me lis je ne sais d’où, et merci à toi , ma Ju, qui n’imagines sans doute pas à quel point ce réveillon 2009-2010 a changé ma vie.  

12 janvier, 2011

Les sooooldes!!

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 9:39

Attention: article hautement prétentieux et égocentré! t’es prévenu!

Ah, joie bonheur, et consommation à outrance, ce sont les soldes!!!

La fameuse et sempiternelle  » valse des étiquettes », les – 80 % dès le 2ème jour, la curie , le sang, les larmes, les menaces de mort, les soldes quoi!

Et bien, figure-toi, ô ami des fleurs, que cette année, ta dévouée va sans doute les faire, ces soldes qu’elle voue aux gémonies.

Les soldes qui représentent Le Mal incarné dans des tops informes Made in China dans le meilleur des cas, des pantalons mal coupés, des vestes aux manches inégales… bref, les soldes quoi. La consommation outrancière de produits dont on n’a pas besoin et qu’on n’aurait pas achetés sans le fameux point rouge, ou bleu, ou vert…

De la création du besoin, les soldes.

Bref.

Et bien, oui, ces soldes, votre dévouée Garofano va sans doute les faire.

De chez elle, et uniquement sur un site internet : VE, Vêtements Ethiques, où les fringues viennent certes du Brésil, mais sont en coton bio, où les teintures des pantalons ne provoquent pas de cancers des yeux aux gamins qui les font vu que 1/ elles sont bio aussi et que 2/ ce ne sont pas des gamins qui travaillent pour ces marques là, où les prix sont certes réduits, mais certainement pas au point de me faire céder à la tentation d’acheter 3 fut’, 8 t-shirts et 2 petits pulls trop mignons…

Non, on est là dans la rigueur quand même.

Les produits présentés sont certes beaux, mais sobres, les couleurs aussi, et il n’y a pas forcément ma taille (les soldes ça veut dire des fins de stocks – je le rappelle aux commerçants qui aiment à nous prendre pour des jambons –  et, en principe le 36-38, ça part bien pendant l’année… ), faut gratter, faut éplucher les annonces, les descriptions des fringues – car toutes ne sont pas encore produites dans le 100% bio (certaines sont produites selon des procédés qui « tendent vers le bio », c’est clairement marqué), faut chercher le modèle, la taille, la couleur, et bien choisir car il faut dire ce qui est, nous ne sommes pas dans des prix habituels là, ce n’est pas du Babou : le bio, ça se mérite.

Ainsi, votre dévouée, qui a besoin -besoin – d’un t-shirt blanc et d’un pull va-t-elle passer sa matinée sa pause de midi, pardon…. à chercher ces deux pièces, et pas une de plus.

Ah, les soldes écolos-bio-DD , ce n’est pas la foire d’empoigne boulevard Haussman, c’est, pour citer encore Robert Merle et la saga Fortune de France ,  l’expression de la « rigueur huguenote ». Ventre Saint Gris!

10 janvier, 2011

Manichéen.

Classé dans : vite dit — garofanorosso @ 9:30

Quand je te dis que rien n’est simple dans la démarche écologiste.

Que parfois, il vaut mieux acheter des pommes produites dans ta région avec des méthodes pas bio que de consommer des pommes bio venues par charter d’Amérique du Sud, que parfois, il vaut mieux acheter un tube de dentifrice pas bio du tout mais sans carton d’emballage, qu’un  tube estampillé « BIO » et suremballé, et qui, je te le rappelle, ne contient bien souvent pas plus de 10% de bio …

Rien n’est aisé, rien n’est évident.

Il faut rebrancher nos connexions neuronales même en faisant les courses.

Alors, quand il s’agit d’un projet d’énergie renouvelable, je t’explique pas!

Le débat qui secoue en ce moment les pros et anti éoliennes autour du Mont Saint Michel en est un exemple frappant.

Un projet de parc éolien à 15 km du Mont est en effet à l’étude, ce qui terrifie les amoureux du site, craignant que les moulins à vent blancs ne dénaturent le site et ne provoquent le déclassement du  Mont St Michel auprès de l’UNESCO.

On peut les comprendre.

En même temps, 15 km, ce n’est pas non plus la porte à côté et ne vaut-il pas mieux des éoliennes qu’une centrale nucléaire, même à 50 bornes?

C’est une question qui se pose, et qui semble créer un sacré débat autour de la montagne sacrée.

Perso, j’aime l’esthétique des éoliennes, et les voir tourner majestueusement le long de la route qui me mène dans l’Hérault en été me procure beaucoup de calme (ce qui est dangereux, vu que c’est moi qui conduis! ). Chez moi, en Corrèze, sur la montagne, un parc éolien a été créé aussi, et il se visite, comme un site remarquable…

Après, je peux comprendre que des mastodontes de matière composite tournant à 15 km de ce bijou architectural qu’est le Mont fasse grincer des dents.

Les deux points de vue sont défendables et louables. On n’est pas sortis de l’auberge.

Jamais facile, le choix écologiste, jamais.

6 janvier, 2011

Le courant passe .

Classé dans : vite dit — garofanorosso @ 9:39

« Je me sens comme une pile électrique », « y a de l’électricité dans l’air », « il a fondu un plomb », « j’ai été court-circuitée »… des expressions qui sont assez parlantes pour montrer que la Fée électricité est tellement entrée dans nos maisons qu’elle est carrément entrée dans nos cellules et dans nos cervelles (non, je ne parle pas de la chaise électrique).

Autant s’en servir, s’est donc dit une firme américaine, Tremont Electric, et faire en sorte que cette énergie soit utilisée pour recharger intelligemment nos multiples appareils électroniques mobiles, comme nos portables, tablettes, ipod, et consorts.

Tu deviens alors ta propre pile : un générateur personnel d’énergie (PEG, in english).

Ce n’est pas nouveau, il existe depuis longtemps des montres qui se rechargent avec le mouvement de celui qui la porte, mais là, avoir réussi à adapter ce phénomène d’énergie cynétique aux appareils électroniques les plus perfectionnés est un réel progrès. Et évidemment, si à terme on arrivait à faire disparaître tous les chargeurs électriques de nos appareils, cela constituerait une sacrée avancée au point de vue environnemental et économique. En effet, non seulement tu n’auras plus besoin d’acheter un chargeur pour chaque appareil, mais en plus, l’énergie dégagée par ton petit corps en mouvement peut être stockée. Là, on est vraiment dans le progrès.

Tremont Electric a vendu 2000 exemplaires de son chargeur cynétique, c’est modeste, mais l’idée est là, et elle me semble bonne.

Comme je sais que tu es parfaitement bilingue, je te mets en lien le site de la boîte qui fabrique cet engin : http://www.sincerelysustainable.com/products/electronics/peg-personal-energy-generator

Allez, hop hop hop, on bouge, et on recharge son ipod pour pouvoir continuer à écouter de la musique pour bouger…  ouh, c’est un cercle vicelard ça!! (je me disais aussi… )

4 janvier, 2011

on a beau dire, hein….

Classé dans : vite dit — garofanorosso @ 9:15

Ok, on est en 2011, on surfe sur le net depuis des années, on joue avec les marchés financiers comme avec des osselets, les tablettes numériques remplacent les tablettes de cire et les stylets,  on n’a même plus besoin de faire des guerres pour conquérir le monde, ni même de forniquer pour concevoir, rien ne semble pouvoir arrêter le développement technique de l’humanité, et pourtant…

Pourtant, là , ce matin, en regardant au travers de 7 pellicules photos cette éclipse partielle de soleil, ben, la petite fourmi humaine que je suis se sent vraiment peu de chose…

De l’expérience de la relativité en somme. (et accessoirement, de l’importance des appareils photos argentiques et de leurs pellicules, va faire ça à travers un APN, aha!!! )
eclipse04011131.jpgeclipse0401114.jpgeclipse04011111.jpgeclipse04011121.jpg

Heu…. les images là, c’est rien, hein, c’est pour faire style de loin comme ça, mais en fait, même à moitié bouffé, le soleil ne se laisse pas facilement tirer le portrait. J’en appelle à la mémoire des fans du Concombre Masqué et du fameux coucher de soleil sur l’Adriatique!!!

Allez, c’est fête, je te mets le lien vers le Concombre masqué et l’image :

http://www.leconcombre.com/dictionnaire/af/coucher/coucher01.html

coucher07.gif

 

 

2 janvier, 2011

Une nouvelle ère?

Classé dans : un p'tit coup gueule en passant — garofanorosso @ 7:21

Bien remis de tes émotions Sylvestriennes, cher ami des fleurs?

Tant mieux (oui, je suppose que tu as répondu oui, et pis c’est tout! ah mais)

Donc, nous voilà entrés dans une nouvelle année, 2011, AD MMXI, comme j’aime à l’écrire sur mes dossiers professionnels (pour une athée, je me pose là, non?) , mais sais-tu, cher ami, que nous sommes également entrés dans une nouvelle ère, carrément?

Ah, pas cette année précisément, non, mais depuis 1874.

Depuis l’invention de la locomotive à vapeur. Depuis la Révolution Industrielle en somme.

Oui, depuis 137 ans, nous vivons dans l’ère Anthropocène. L’ère de l’homme.

L’anthropocène a succédé à l’holocène dans lequel nous pataugions depuis 10000 ans, avec ses températures tempérées, ces saisons, ces pluies, ces chaleurs, mais le tout assez supportable. Ben, c’est du passé.

Maintenant, et depuis plus d’un siècle donc, l’homme et ses activités, sont devenus si importants, si intenses, si dévastateurs, que l’action humaine est carrément devenue une force géophysique.

Ouais, comme la tectonique des plaques, comme les volcans, comme la formation de l’atmosphère… Nous… Aha, fait moins le malin main’ant l’Everest!!!

Et bé.

Ce terme est né dans le cerveau de certains scientifiques, dont celui du prix Nobel de chimie Paul Crutzen au début des années 2000, et il signifie que l’homme, au travers de sa Révolution Industrielle a bouleversé la vie sur terre : exploitation des énergies fossiles, déforestation, barrages, assêchements, villes, transports, routes, industries… Tout ce qui fait notre vie actuelle a un impact tellement important sur la biosphère que pas un endroit de la planète n’échappe à la patte humaine, que ce soit sur la terre, dans l’air, dans l’eau, dans les cellules.

Partout.

Des changements d’ères, la Terre en a connus, mais le problème avec celui-ci, c’est sa rapidité, sa brutalité. Les espèces vivantes n’ont pas le temps de s’adapter – à part les virus et les bactéries qui s’accomodent très bien de nos médicaments – et disparaissent.

C’est d’ailleurs ce qu’en disent de nombreux scientifiques : le plus probable, ce sera l’extinction, le plus invraisemblable sera la métamorphose.

Oserais-je rappeler que nous sommes des animaux sur cette planète, nous aussi, comme le pangolin ou l’ours blanc….

Allez, bon vent!!!

Ah si, tiens, pour bien te faire peur, tu peux aller sur le site du livre qui a servi de base à ce papier (en plus de l’interview de France Info le 31 décembre)  en cliquant sur ce lien : http://www.actes-sud.fr/actualites/voyage-dans-lanthropocene

Enfin, on n’a encore jamais vu un pangolin danser le Lac des Cygnes…. soit dit en passant… tout n’est donc pas à jeter dans notre espèce prédatrice.

1 janvier, 2011

Bon, ben….

Classé dans : vite dit — garofanorosso @ 0:07

bonneanneetoimeme.jpg 

là, voilà, c’est dit!!!

 

Café Philo Sophia - Maison ... |
b2igibiireponse |
promo afpa grec 2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sociologie:Système L.M.D
| Collège Notre Dame
| LEGOVORE-STARWARS