Garofano Rosso

  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

25 novembre, 2010

Féministe sans le savoir?

Classé dans : vite dit — garofanorosso @ 10:38

Ben ça alors, c’est fort!

Aujourd’hui, c’est la journée de lutte contre les violences faites aux femmes.

Et en lisant un blog excellent, C’est La Gêne pour ne pas le nommer, mais je te le linke quand même: http://cestlagene.com/ (t’as vu, un peu comme je cause djeune!! ),  j’ai appris qu’en ce jour, pour affirmer le refus de cette violence, et de la discrimination sexuelle, nous, femmes et filles, devions porter la jupe.

Vive la rotule libre pour affirmer notre refus du sexisme en somme!

Eh, ben, moi, je ne le savais pas.

Et pourtant, ce matin, c’est bien en jupette que je suis allée bosser. En robe plus précisément, mi cuisse , collants et bottes.

La panoplie de la féministe aujourd’hui, donc!

Ca tombe plutôt bien en même temps, vu que … bon,… je suis féministe!

Le hasard fait drôlement bien les choses parfois!

23 novembre, 2010

Je me presse de rire de tout…

Classé dans : vite dit — garofanorosso @ 9:05

On connaît la suite.

Ce matin, informations radiophoniques et réalité ont chacune dessiné sur mon visage un sourire un peu triste, comme résigné en somme.

L’info radio d’abord: la relocalisation de l’industrie et des emplois se poursuit!

Ouais!! Ben, alors, pourquoi être résignée si les emplois reviennent en France? Parce que l’industrie qui revient se nicher dans le giron de la douce Marianne, ben, c’est la cannabiculture. La culture du teush. L’herbe. 50 % de l’herbe fumée en France vient de France. C’est pas beau ça? Alors, finies les plantations « sauvages » dans le dressing de son appart avec deux néons, non, en France, on est passé directement à l’exploitation industrielle, dans des hangars, avec du matos acheté sur le net, sans la moindre difficulté… Belle hypocrisie ma foi.

Premier sourire dépité donc.

Le deuxième m’a été fourni par la triste réalité de la bêtise adolescente.

Chaque matin, pour me rendre au travail, je passe devant des lycées. Devant l’un d’eux se trouve un petit snack où les ados viennent se « poser » en attendant leurs cours. La scène de ce matin: une table, 4 jeunes filles. L’une dit à l’autre : « mais alors toi, t’es complètement paradisiaque »… Je me disais, tiens, c’est un sacré compliment ça, « paradisiaque » , c’est sympa, jusqu’à ce qu’une autre jeune fille rétorque la seconde suivante : « on dit « paranoïaque ».

J’ai poussé un soupir de dépit.

20 novembre, 2010

Pour un jour de pluie

Classé dans : beaute — garofanorosso @ 17:55

Baguenaudant, en ce samedi grisonnant, entre la lecture de mon roman huguenot, les balades dans le Montpellier du XVIème et le Paris de la Saint Barthélémy et les séries policières américaines ( oui, je suis assez éclectique dans mes choix…), j’ai soudain eu la remembrance (j’invente des mots à la façon ancien françois, et ça me plaît, Ventre Saint Vit! ) d’un truc que je voulais faire depuis longtemps: débarrasser ma salle de bain des tubes de rouge à lèvres entassés sur ma petite étagère, et tombant dès que le moindre souffle les approchait, tant cette engeance a le pied plus étroit que le cul!

Qui plus est, la majorité de ces rouges était tellement moche que je me demande encore pourquoi j’en avais acheté autant.

Bref.

Alors donc, je suis passée, en quelques minutes, d’un fatras de tubes en équilibre précaire, à un tout petit pot de rouge sang superbe et crémeux.

Pour cela, c’est simple, il te faut des bâtons de rouge, un couteau pointu, un petit pot, un récipient qui va sur la flamme et une paire de pinces pour attraper ledit récipient.

Tu coupes les bâtons de rouge, tu cures les tubes, tu mets le tout dans ton récipient qui va au feu, tu fais fondre, tu verses le tout dans un petit pot, et voilà. !!

Tadam!!

biorouge1.jpg  biorouge.jpg

Qui plus est, la fonte des bâtons de rouge est une opération très belle à voir, les couleurs se mélangent tout doucement, le beige fait de la résistance face au bordeaux; quand tu crois que tout est fini, de mini geysers vont jaillir à la surface des bulles minuscules de brillant, de rose pâle qui s’enroulent en mourant en des volutes superbes!

Je te jure, c’est tellement beau que ça en devient poétique!

Comme quoi, le maquillage n’est pas que superficialité!

10 novembre, 2010

Pinocchio : les lauréats

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 11:51

Les votes ont eu lieu, les lauréats sont connus!

Hourra!

Dans la catégorie Droits Humains, c’est Vilgrain qui gagne, pour son admirable production de canne à sucre au Cameroun, qui a mis sur la carreau des milliers de petits producteurs, pour une indemnité de 5 €/an! Un prix bien mérité, donc! Les accessits vont, dans l’ordre, à Sodexo, GDF et Orange.

Dans la catégorie Environnement, c’est Eramet et ses mines de nickel en Indonésie qui remporte la palme, suivi de Total, Alstom, et Axa.

Enfin, dans la catégorie Greenwashing, c’est sans conteste le Crédit Agricole qui remporte 55 % des suffrages! Une telle avance amplement méritée par la banque qui pond des pubs très écolo friendly mais qui finance des projets pas très propres, comme une centrale à charbon en Afrique du Sud. Renault, la SNCF et l’Aéroport de Beauvais prennent les places suivantes.

En cadeau, le lien vers le site où tout est bien expliqué en détail,  ne me remercie pas : http://www.sequovia.com/actualites/4838-les-laureats-2010-du-prix-pinocchio.html

 

9 novembre, 2010

Pinocchio

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 9:13

Je t’en parle souvent ici, cher ami des fleurs, de cette manie qu’ont les industriels et autres marchands, de mettre du bio, du vert, du naturel, du respectueux de l’environnement à toutes les sauces, dans tous leurs produits, y compris, et surtout, dans ceux qui sont bio comme le gasoil de ma 306…

Mais je ne suis pas la seule à me méfier de ce discours verdrâtre des gros producteurs/distributeurs; ils ne sont là que pour capter un peu des 24 milliards d’euros que les bobo bio dépensent en Europe pour essayer de rendre la Terre plus bleue (tu suis? ). Depuis 2 ans, en effet, existe le Prix Pinocchio des entreprises françaises les plus menteuses en matière de politique environnementale et humaine (l’un n’allant pas sans l’autre, à mon avis) .

prixpinocchio297x300.jpg 

Ce prix « récompense » les entreprises qui font le plus de bruit en façade pour bien faire croire qu’elles sont écolo-responsables, mais qui, en sous-main, se font des tonnes de thunes dans des actions pas franchement vertes.

Le prix Pinocchio est divisé en 3 catégories: Environnement, Droits Humains et « greenwashing » (faire de la pub pleine de bons sentiments verts, écolo friendly et DD compatible et se vautrer dans le pétrole dégoulinant des cales de tankers pourris en Mer du Nord, par exemple! )

Ainsi, cette année, les nominés sont, dans la catégorie environnement:

- Total (on s’en serait doutés)

- Alstom

- Eramet (une boîte qui veut creuser dans une île d’Indonésie pour chercher du nickel)

 et Axa, qui investit dans l’industrie du charbon et dans celle de l’extraction de pétrole dans des sables bitumeux, la manière la plus polluante de chercher l’or noir.

Dans la catégorie Droits Humains, on trouve: Sodexo, GDF Suez, Vilgrain et Orange.

Et dans la catégorie greenwashing, la meilleure à mon avis, où on voit toute la morgue et l’hypocrisie de ces boîtes, on trouve le Crédit Agricole, Renault, Aéroport Beauvais-Tille et la SNCF.

Les votes sont ouverts depuis le 13 octobre et les résultats seront connus aujourd’hui, 9 novembre.

Ca, c’est de la bonne pub!!!

Je te mets en lien l’article des Amis de la Terre à ce sujet : http://www.amisdelaterre.org/9-Novembre-2010-Prix-Pinocchio-du.html

8 novembre, 2010

Adage.

Classé dans : un p'tit coup gueule en passant — garofanorosso @ 9:21

Je disais donc récemment que j’étais une personne un tantinet velléitaire, n’achevant jamais ce que j’entreprenais, lâchant en cours de route mes projets les plus enthousiastes (je repensais au Qi Cong en venant ce matin, tiens, un autre exemple! En même temps, à ma décharge, je ne voulais pas faire de Qi Cong mais du Tai Chi, donc, il y a eu tromperie sur la marchandise).

Mais quelle ne fut pas ma surprise d’entendre, samedi soir, dans la bouche d’un animateur télé peu réputé pour son intelligence, cette phrase qui m’a interpelée: « tout ce qui est atteint est détruit ».

Paf.

Bon, alors, il a dit qu’elle était de Nietzsche, ce qui ne me surprit pas, mais en la recherchant sur le ouèbe, je la vis attribuée à Montherlant dans 99% des cas et à Schopenhauer pour le pourcentage restant.

Bref. Ceci n’a que peu d’importance, en fait.

Ce qui compte, c’est le propos de cette maxime. C’est en effet logique: quand tu as atteint ton but, il n’est plus à atteindre et il disparaît donc. Voilà qui fait écho à cette petite pensée de Clemenceau : « le meilleur moment dans l’amour c’est quand on monte l’escalier ».

Bien, je ne vais pas faire une dissertation de philosophie de bas étage, je n’ai jamais été une bête en philo au lycée et j’ai accroché la moyenne une seule fois dans ma carrière de khâgneuse, donc, je ne suis pas une référence, mais je me suis sentie, dans un premier temps (très court), un peu rassurée par cette pensée, ma foi, désespérante pourtant.

Je ne parviens pas à atteindre mes objectifs en ce moment, comme je le disais dernièrement, mais au moins, tant qu’ils ne sont pas atteints, ils sont toujours vivants.

Oui, mais, c’est crétin alors, car si on ne veut pas détruire ses buts, il ne faut donc jamais les atteindre… ne jamais rien faire… Ca ne me va pas. Je ne vais pas me retrancher derrière un adage aussi pessimiste pour me résoudre à ne rien faire, pas question! Nom de dieu, je vendrai cet appartement, je changerai de banque, je ferai du micro crédit particulier et je monterai mon association Ethique sur l’Etiquette!

Et j’emmerde Montherlant, Nietzsche, et Schopenhauer! Ah mais.

3 novembre, 2010

Des batons dans les oneilles!

Classé dans : chuis ecolo ou bien? — garofanorosso @ 9:25

Rha! Chuis en colère!

Enfin, pas en colère vraiment, juste agacée, en fait.

Et pourquoi donc, me demanderas-tu?

Parce qu’il faut que tu saches quelque chose de pas beau (encore??? ) sur ta dévouée: elle est du genre velléitaire. Elle s’enflamme pour un truc, et puis, hop, au bout de quelques semaines, ça passe, elle laisse couler, elle met de côté, voire elle oublie.

Mais quand, voici un an bientôt, elle a décidé de changer radicalement de mode de vie, de devenir une adepte de l’écologie, du bio  et de la décroissance, elle n’a pas lâché et elle parle d’elle à la troisième personne…

Bien. Velléitaire, je te dis!

J’ai essayé 7 fois d’arrêter de fumer (bon, là, c’est pas de la velléité, c’est juste trop chiant! ), je me mets au footing 2 mois par an, mais chaque année, attention! La gym, c’est pareil, deux mois dans l’année, après ça m’emmerde (et pis ça me fait mal) … Les exemples sont multiples, de mes lâchages de résolutions en plein vol. Mais , là, ce mode de vie écolo-bio, ça me convient, ça me botte, ça me motive, ça me donne la rage, alors, j’y reste, je persiste et je signe.

Mais, je voudrais aller plus loin, que simplement au bout de ma rue faire mes courses bio. Je voudrais que ma nouvelle vie puisse faire aussi du bien à des gens et pas seulement grâce aux « bénéfices collatéraux » du commerce équitable et du respect de l’environnement. Je voudrais AGIR.

Alors, j’avais trouvé ce biais du micro-crédit qui me plaisait vraiment, dans lequel je me voyais clairement, pour lequel j’avais décidé de m’impliquer sérieusement, mais , je n’ai toujours pas vendu mon appart, source unique et essentielle de la rentrée de pépettes nécessaires pour ce projet. Donc, stand by.

Ensuite, j’ai découvert par hasard le collectif Ethique sur l’Etiquette. Ca me correspond, j’aime l’idée, le fonctionnement, le but, les actions, les principes, enfin, j’aime tout. Alors, je prends contact, je rédige même une lettre, si si, une lettre, je reçois même une réponse très très agréable, très gentille, on me donne des contacts sur Limoges, je prends contact, j’attends………………………………….

Voilà. J’attends. Rien ne vient de Limoges. J’en suis toute dépitée.

J’ai su que le collectif n’existait plus sur Limoges, mais que rien n’empêchait d’en monter un nouveau. Moi, je ne demande que ça, mais toute seule, j’avoue que je ne sais pas comment m’y prendre. Et du coup, j’ai peur que cette envie de faire enfin quelque chose de ma vie ne tombe, elle aussi dans le vide de l’oubli, du « ah oui, j’aurais bien aimé faire ça »….

RRRRRRRRRRha, mais je ne veux pas me dire ça quand je serais devant mon créateur moi! J’ai envie de pouvoir me dire que j’ai fait quelque chose de mes os et de mes neurones, que ma vie n’a pas été simplement une existence animale, tombée par hasard ici par la conjonction d’un spermatozoïde et d’un ovule un soir de septembre 1976. J’ai déjà une idée assez sombre et pessimiste de l’existence humaine en général, mais si en plus, en tant que moi, je ne peux rien faire d’utile pour mes semblables, là, j’avoue, que je désespère.

Ca va loin tout ça.

Mais, je ne vais pas baisser les bras. On ne me répond pas, je vais aller directement au contact physique. Et ça tombe bien, car du 19 au 21 novembre, à Limoges, se tient le chapiteau de la solidarité internationale, avec des tas d’acteurs de l’action solidaire et humanitaire.

 Si là je ne trouve pas mon destin….

 

 

 

Café Philo Sophia - Maison ... |
b2igibiireponse |
promo afpa grec 2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sociologie:Système L.M.D
| Collège Notre Dame
| LEGOVORE-STARWARS