Garofano Rosso

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 24 mars 2010

24 mars, 2010

Restons empreints de modestie

Classé dans : vite dit — garofanorosso @ 13:17

Les empreintes.

On connaît les digitales, les génétiques; les écolos nous ont sorti récemment les « carbone », voici que maintenant, on nous parle d’empreinte hydrique.

Non, ce n’est pas une nouvelle méthode policière pour prendre nos empreintes sans tâcher nos doigts, mais c’est en fait le coût en eau de ce que nous consommons.

En effet, pour économiser l’eau, il ne suffit plus de couper le robinet en ce brossant les dents, de prendre des douches rapides, ou de faire pipi dans des toilettes sêches, il faut aussi être conscients de ce que coûte notre mode de vie en eau.

Prenons une vache par exemple.

vachegrosnez.gif 

(oui, t’as remarqué, c’est moi en fait! )

Une vache moyenne boit entre 50 et 70 l d’eau par jour. Mais ce n’est pas ce qui grêve le plus nos réserves.

Ce qui coûte le plus cher dans la vache, c’est ce qu’elle mange:

pour faire 1 kg de foin, il faut 150 l d’eau

pour faire 1kg de betteraves, il faut 650 l d’eau

et , le pompon, pour faire 1 kg de maïs, il faut 900 l d’eau.

Bien.

Mais une vache bien vivante, c’est charmant, ça a de beaux yeux et de grands cils (tu n’as jamais regardé de près un bovin? Essaye, et l’expression « regard bovin » prendra une nouvelle dimension), mais , nous, humains omnivores, on la préfère en général cuite à point avec des frites.

Pour une carcasse de boeuf, il faut 500 l d’eau à l’abattoir. Cemar.

Ce qui nous fait, pour un steack de base de 250 g le résultat ahurissant de 4000 litres de flotte!

Tu vas la regarder autrement ton entrecôte maintenant, non?

Alors, tu te dis que si le boeuf, c’est de la flotte, tu vas passer  à autre chose, au poulet par exemple.

Pour le fringant gallinacé, l’empreinte hydrique est plus faible, en effet : seulement 4000 litres pour 1 kilo de viande, 4 fois moins que la vache, donc. Ce n’est pas qu’une question de taille, c’est aussi parce que la croissance et le développement du poulet sont nettement plus rapides que ceux de la vache.

En Hollande, un écolo pas pressé calcule comme ça l’empreinte hydrique de nos biens de consommation courante. Ainsi, une pomme (une seule hein), c’est 70 litres d’eau, et un T-shirt en coton, c’est 2700 litres.

Ca fait drôlement réfléchir tout ça, non?

Si on est obligés de se balader à poil, à pied, sans flotte et avec 1 pomme dans le colon , on va pas aller bien loin!

Donc, pour éviter d’en arriver là, des chercheurs, toujours hollandais, sont en train de se pencher sur la fabrication de viande en laboratoire… Brrrrrrrrrrrrrrrrr!

Partant du même principe que les cultures de peau artificielle utilisée pour les greffes sur les grands brûlés, ils ont sélectionné des cellules de muscle et les font se développer. Et ils ont réussi à faire de vrais muscles.

A l’électricité… Re- brrrrrrrrrrrrrr!!!!

C’est tout con, en fait, ils se sont inspirés des machines à électro-stimulation que certains bipèdes utilisent pour se muscler sans suer. Et le tour est joué!

Hop, un faux-filet en éprouvette!

Mais les scientifiques restent modestes, ils savent faire du muscle, certes, mais dans la viande, il y aussi du sang, du gras… Et ça, ils avouent que pour le moment, ils ne le fabriquent pas encore en labo, mais ça viendra.

La NASA s’intéresse de très près à ces recherches, afin de permettre à ses astronautes de fabriquer leur propre viande en orbite.

Ensuite, reste à se poser la question du goût…. entre autres….

 

Café Philo Sophia - Maison ... |
b2igibiireponse |
promo afpa grec 2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sociologie:Système L.M.D
| Collège Notre Dame
| LEGOVORE-STARWARS