Garofano Rosso

11 février, 2010

La folie des bagnoles

Classé dans : vite dit — garofanorosso @ 9:03

On s’en doutait un peu, depuis quelques décennies, la voiture est devenue le meilleur ami de l’homme.

Ouverture de parenthèse : (surtout de l’homme, mais aussi, reconnaissons-le de la femme. « Moi même perso je », enfin, votre dévouée quoi, est une fan des bagnoles depuis sa plus tendre enfance, et je ne sais comment, mais je suis capable d’identifier 95% des voitures que je vois -mis à part certaines japonaises qui se ressemblent toutes et ressemblent aux autres et certaines vieilles américaines, peu courantes sur les routes limousines de mon enfance- bref. ) Fin de la parenthèse.

Mais bon, les voitures, en ce moment, j’essaie quand même d’éviter, vous l’avez compris. L’huile de vidange, le liquide de refroidissement, le pétrole, le plastique, tout ça, brrrr, c’est pas très écolo tout ça.

Bien.

Mais pour en revenir à mon propos de départ, la voiture est le meilleur ami de l’homme.

Je digresse!

Ainsi, à quelques kilomètres de Limoges, un petit blédou faisait hier la une du canard local, avec une histoire de casse presque sauvage dans un pré (presque, hein, je ne veux pas être accusée de diffamation! )

En effet, avec la prime à la casse de Sarko, le péquin de base a été pris d’une irrésistible envie de virer sa Peugeot 206 de 25000 km pour s’acheter une IQ de Toyota qui-freine-pas-mais-qu’est-neuve-ah-mais. Et ce partout en France. Chez nous, donc, une casse a repris les véhicules « anciens ». Mais elle n’a pas pu engloutir toutes les carcasses, tellement la prime gouvernementale a remporté un succès.

Et donc, la patronne de ladite casse a loué un pré, banal, avec de l’herbe dessus, et y a entreposé ses voitures. Des centaines de voitures.

Bon, outre l’aspect esthétique qui laisse à désirer, on peut reprocher pas mal de choses à ce dépôt semi sauvage: sécurité, pollution, risque de vols……..mais, bon, j’dis ça, j’dis rien, on n’a rien à lui reprocher pour de vrai à cette casse!!

Mais bon. C’est une casse. Et dans une casse, on casse des voitures.

Ainsi, chaque jour, les employés de cette casse détruisent des dizaines de véhicules, quasi neufs pour la plupart.

Et, et c’est là que je reviens à mon propos de départ (je DIGRESSE, et alORS????!!! ), ces pauvres employés sont traumatisés par ce qu’ils ont à faire: détruire des voitures.

Traumatisés de voir qu’on extermine des voitures de 25000, 30000 voire 100 000 km seulement, des bijoux tout neufs, qu’eux mêmes n’auront pas les moyens de se payer, et dont on ne peut rien faire puisqu’ils sont destinés à la boucherie casse.

Alors, la patronne de la casse a octroyé à ses employés une prime de 1000 € : « prime psychologique »…

Je pose alors une question (deux en fait…) :

Est-ce que les sauveteurs à Haïti ont droit à une prime « psychologique » quand ils sortent une jambe de sous les gravats mais qu’il n’y a personne au bout? Hmmm?

Est-ce que les tueurs de chevreaux dans les abattoirs ont droit à cette prime « psychologique » quand ils égorgent des petits animaux qui, selon les dires d’un ami tueur justement, pleurent comme des bébés … humains? Hmmm?

Chais pas….

La patronne de cette casse fait bien ce qu’elle veut, elle est absolument libre de donner une prime à ses employés, et d’ailleurs, tant mieux pour eux, franchement, mais bon, de là à appeler ça une « prime psychologique » pour foutre à la broyeuse des tas de ferraille et de plastique…

J’en connais des qui s’raient moins sensibles si on devait prendre un Famas pour tirer sur un autre homme… Mais évidemment, même écolo, je reste de mauvais foi!!

 

4 réponses à “La folie des bagnoles”

  1. jean-marie dit :

    bonjour,
    excellent !
    bien à l’image de notre société !
    pour faire tourner une industrie, (pour éviter le chômage ? surtout pour avoir la paix dans les rues…), on casse !!! on gaspille et tant pis pour les déficits vertigineux (là aussi on paiera la casse un jour ou l’autre…)
    et on souille la nature
    p’tain de société de consommation…
    j’aime les voitures moi aussi mais pour une fois, je ne me suis pas laissé prendre à l’appel des sirènes… mes bagnoles ont des dizaine de milliers de km mais je les garde…
    suis-je sur le chemin de Damas de l’écologie ?
    (pas en tout cas avec ceux qui en font actuellemnt un fond de commerce)
    amitiés
    jean-marie

  2. garofanorosso dit :

    perso, outre le gaspillage et le « jetage » intempestif, j’avoue que c’est bien ce côté « pleureuse » devant un tas de feraille qui m’agace serieusement!
    objets inanimés, avez vous donc une âme?
    aha…

  3. bécassine dit :

    Je comprends ton concept, Louise, mais on peut le dire pour d’autres choses…Les autodafés, c’est affreux! Pour moi il y a traumatisme et pourtant ce ne sont que des livres….
    Ce sont les « pauvres » êtres qui vendent leurs voiture pour « gagner » 1000€ et en perdre 3000€ en empêchant les « pauvres » de les acheter qu sont les vrais cons!

  4. garofanorosso dit :

    je suis tout à fait d’accord avec toi, chere becassine.
    mais un livre, c’est quand même autre chose qu’une bagnole.

Laisser un commentaire

 

Café Philo Sophia - Maison ... |
b2igibiireponse |
promo afpa grec 2010 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Sociologie:Système L.M.D
| Collège Notre Dame
| LEGOVORE-STARWARS